Archives de catégorie : Ukraine

Eurasie 2010 : Kiev

Finie Lviv, nous prenons notre train de nuit vers la capitale culturelle, religieuse et historique de la Russie : Kiev. Grande satisfaction à l’entrée de notre compartiment « coupé » récemment rénové de ce train classé « firm ». Toujours la même base (compartiment de 4 couchettes), mais un double vitrage, une prise électrique, une porte qui ferme, et un ensemble d’accessoires qui simplifient le voyage. Nous arrivons donc à la superbe gare de Kiev, grouillante de monde et atteignons le centre ville par le métro d’ailleurs très profond. Bonne surprise: le centre historique de Kiev est minuscule et se fait aisément à pied, pour les autres monuments (comme la Laure de Kiev-Petchor et la statue de la mère patrie) situés sur la proche couronne, les stations de métro sont tellement éloignées et mal situées qu’il faut compter sur ses jambes ou un taxico.
Nous commençons par trouver notre hostel par -18°C, ça pique un peu quand il vente! Mauvais point à l’indépendance square hostel, TRÈS froid (même la douche), accueil inexistant à l’arrivée et décor d’hôpital! Heureusement, après une bonne gueulante nous avons changé pour le really central hostel décoré avec beaucoup de goût, chauffé normalement, accueil très volontaire et tout l’équipement nécessaire pour passer un excellent séjour (Wifi, cuisine équipée, etc…). Nous commençons par les coins de rues : les superbes ensembles de Sainte Sophie dont les fresques intérieures datent du 11éme siècle. Nous continuons par la fameuse place de l’indépendance totalement polluée par les publicités et dont le sol n’est que le toit d’un gigantesque centre commercial, puis la Porte d’or (emblème de Kiev, porte principale de la Kiev moyenâgeuse qui laisse imaginer l’imposante dimension de l’enceinte disparue), l’opéra, les bâtiments staliniens et les différentes églises.
Reste à marcher un peu vers la très connue et sainte Laure (monastère orthodoxe) des catacombes de Kiev, complexe religieux d’une dimension qui laisse sans voix, aux bâtiments somptueux et aux fameuses catacombes où 18 moines sont momifiés, Yulia en est ressortie horrifiée en se signant d’un rapide signe de croix très opportuniste! De la Laure, où d’innombrables fidèles affluent, est visible la statue de la mère patrie. Plus haute statue d’Europe avec ses 139 mètres, elle demeure néanmoins moins haute que le clocher de la Laure en comptant à partir du niveau de la mer. Cette statue imposante, petite sœur de la statue de Volgograd (ex-Stalingrad (petit Quizz, quel est le nom actuel de Leningrad?!)), était sensée rappeler aux Ukrainiens la puissance de L’URSS et devait être recouverte d’or, cette dernière accessoirisation folle a été abandonnée pour cause d’effondrement de l’empire!
Nous arrivons sur les lieux par un imposant sentier avec des musiques, statues et armements soviétiques en toile de fond. La base de la statue est un musée (avec un imposant vestiaire de plus de 1000 crochets mais seulement nos deux manteaux les occupent, nous étions seuls dans le musée!) sur la seconde guerre mondiale qui présente le conflit en Ukraine et les horreurs des camps nazis, plus notamment un broyeur d’os humains qui réduisait en farine destinée à l’alimentation du bétail Allemand, les restes non brûlés des fours crématoires… La haute base est quant à elle un mémorial circulaire aux victimes; nous ne pouvons monter dans la statue sous prétexte qu’il fait trop froid, bande de chochottes!
Il est temps de s’occuper du billet de train pour se rendre en Russie. La Russie instaure un système de visa complexe et totalement dépassé qui impose un voucher, une attestation d’assurance et un enregistrement, tout ceci implique que c’est le seul visa que je suis obligé de faire avant de partir (voir récit de Paris). Un Voucher est une invitation faxée depuis la Russie qui déclare officiellement une réservation payée d’hôtel pour toute la durée du séjour si ce dernier est inférieur à 15 jours et si nous souhaitons un séjour de 15 jours à 30 jours (le maximum possible en touristique) il faut en plus obligatoirement un détail du programme jour par jour du séjour complet établi par une agence de voyage Russe. Nous sommes totalement libres et il est hors de question de faire appel à une quelconque agence de voyage. Cela fait la quatrième fois que je viens en Russie, on commence à connaître le système et j’ai l’immense chance d’avoir mon interprète personnel! Tapez « visa Russie » sur internet et vous trouverez multitude de sites d’agences de voyage proposant contre 30$ des invitations délivrées en 48H et complètement bidons. Par exemple, la mienne indique des réservations dans des hôtels 4* totalement hors de prix et un farfelu programme détaillé des excursions imaginées chaque jours! Cela fonctionne parfaitement, est légal et surtout connu des services consulaires à tel point qu’au dépôt de ma demande, la guichetière a au moins regardé si le premier hôtel de la liste existait bel et bien, en disant qu’elle voyait des choses hilarantes parfois avec des hôtels imaginés de toutes pièces!
Second élément, l’attestation d’assurance qui doit être originale, et doit détailler les dates précises du séjour, les coordonnées exactes du passeport (même si l’adresse sur le passeport n’est plus d’actualité, il faut tout de même la déclarer comme bonne!) et que les garanties prévues soient conformes aux exigences consulaires. Sachez que votre carte bancaire vous couvre quoiqu’il en soit lors des 90 premiers jours de votre séjour et qu’elle propose des assurances tout à fait convenables, pour 0€! Pour vous dire à quel point le système est dépassé, la conseillère Mastercard m’informe qu’elle ne fait de telle attestation que pour la Russie et l’Algérie, seuls pays à exiger ce document! Dernier élément, l’enregistrement le plus rigolo! Tout d’abord la Russie impose un système de carte de migration comme nombre de pays mais sans questions stupides à l’américaine du genre « êtes-vous un terroriste? ». Il y a un volet pour l’arrivée et un autre pour la sortie du territoire, si ce dernier n’est pas rendu, vous risquez des soucis et surtout une inscription sur la liste noire! L’enregistrement est un système obligatoire autant pour les étrangers que pour les Russes (qui ne possédant pas une carte d’identité nationale mais un véritable passeport intérieur) qui impose une déclaration payante à la police de chaque ville où l’on séjourne plus de 3 jours! Pour plus de tranquillité, demandez à votre hôtel ou à une agence locale qui peut vous enregistrer moyennant finances. Si vous connaissez un Russe tout comme moi, rendez-vous à la Police ou à la poste centrale qui vous enregistre après un fastidieux formulaire entièrement en Russe, contre 120 ou 250 roubles (7€) environs.
Je m’égare, nous sommes encore en Ukraine!! L’itinéraire devait nous mener à Lugansk à l’est de l’Ukraine pour rencontrer la famille de Yulia, mais faute à certains soucis internes, cette visite tant attendue a malheureusement, et au grand désespoir de Yulia, été annulée purement et simplement. Pensons désormais à Volgograd en Russie, ancienne Stalingrad, qui est notre prochaine étape en Russie. Nos recherches sur Internet ne nous laissent que peu d’espoir pour la rejoindre car curieusement aucun transport direct relie Kiev à cette ville, hormis un seul train chaque samedi. Mon visa ne commence que Lundi! Nos recherches ferroviaires en Ukraine furent également sympathiques car lorsque l’on demande si un train existe entre Kiev et Volgograd, la guichetière nous demande quel jour, nous répondons le 21 décembre, tout de suite après elle répond 3€, nous pensons naïvement: chic c’est pas cher! Il s’agissait bien évidemment du prix du renseignement!!!! Les diverses solutions furent vraiment trop fastidieuses et coûteuses, nous sommes également obligés d’annuler Volgograd sans remords car nous avons déjà profité de la statue de Kiev.
Une petite chose, si vous avez le temps, préférez franchement traverser l’Europe par voie terrestre tout comme nous car nous profitons vraiment en douceur des changements culturels, architecturales, religieuses, météorologiques, et des paysages. Nous sommes donc en Ukraine et quasiment en Russie sans n’avoir jamais pété un plomb (phénomène garanti à la sortie de l’avion tant le choc culturel est fort) et sereins. Nous profitons grandement de ces pays avec des lunettes roses en prenant plus de recul sur les points négatifs, qui sont, rappelons-le, minimes! Yulia est restée parfaitement calme lorsque dans le tram à Lviv par deux fois, elle s’est fait engueulée royalement!! Première altercation: Yulia donne l’argent pour 2 billets et un seul revient du conducteur, après une demande d’explication, le courroux inexplicable de la mégère ne se fit pas attendre à tel point que Yulia (pourtant pas du genre à se laisser faire) a laissé tomber! Seconde fois, le tram est blindé de monde et nous donnons « de main à main » l’argent (somme ridicule, quelques centimes d’euros) pour deux tickets au conducteur. Seul un ticket est revenu après que Yulia ait hurlé. Bien évidemment, la contrôleuse est montée à ce moment et Yulia est restée totalement ferme sur sa position, les passagers voisins ont étayés nos faits et la contrôleuse a lâché l’affaire en soufflant! Qu’importe nous rentrons à présent dans le métro de Kiev pour rejoindre la magnifique gare centrale et tombons sur une manifestation surprise à l’intérieur du métro, plusieurs dizaines de personnes effectuaient au son de l’accordéon une danse typiquement Ukrainienne dont vous trouverez un extrait ci-dessous. Notre train décolle vers 21h00 vers Moscou pour arriver à Nijny à 22h00 le lendemain…
« 1 de 4 »

 

Visa Josselin (Français) : Visa donné automatiquement et gratuitement pour 90 jours.
Visa Yulia (Russe) : Visa donné automatiquement et gratuitement pour 90 jours.
Dates : du 12⁄12⁄2009 au 20⁄12⁄2009 soit 9 jours
Dépenses :
Paiement bus Cracovie-Lviv : 43€
Retrait : 43€ + 43€ + 43€ + 43€ + 87€ + 7€
Paiement chaussures Columbia spécial froid : 240€
Total de 549€ soit 61€ ⁄ jour
Budget de 80€⁄jours soit une économie de 171€
Cumul : 1728€ avec un budget à -128€
Notes :
Intérêt des monuments : 3⁄5
Vie culturelle : 2,5⁄5
Beautée des paysages : 3⁄5
Performance des transports : 2,5⁄5
Ambiance : 2⁄5
Activités ou sorties diverses : 3,5⁄5
Rapport qualité-prix : 3,5⁄5
Facilités touristiques : 2,5⁄5
Contacts avec la population : 2,5⁄5
Sentiment de sécurité : 3⁄5
Beautée des femmes (selon Josselin!) : 3⁄5
Beauté des hommes (selon Yulia!) : 3⁄5
Total de 34⁄60

Eurasie 2010 : Lviv

Nous sommes dans la gare routière de Krakow à attendre le bus, le train fut malheureusement deux fois plus cher mais avait l’avantage d’offrir une véritable couchette. Tant pis, on est jeune et nous pouvons aisément récupérer le lendemain car nous ne sommes vraiment pas des oiseaux de nuit!! Le bus arrive, toujours la compagnie Eurolines mais deux fois plus pourri que pour le trajet Paris- Prague, vraiment nous ne conseillons pas Eurolines!!!Le bus « grande ligne » ne propose pas d’eau, l’inclinaison des sièges ne permet pas une relative nuit, nos billets ne comportaient pas de places numérotées à l’instar des autres passagers, nous avons dû nous placer là où il y avait de la place, et pour finir il n’y avait même pas de toilettes! Nous bavions devant les bus des compagnies Student Agency et surtout Orange Ways qui propose le Wifi à l’intérieur du car!!! Qu’importe, il ne s’agit que d’une nuit de 9 heures de bus, de plus dans une ambiance agréable avec les chants du groupe Ukrainien (Voir le son enregistré ci- dessous), nous craignons davantage la douane car nous quittons le fabuleux espace Schengen!! Nos craintes étaient bels et bien fondées car nous n’avons pas patienté une ou deux heures, mais 7 heures à la douane!!!!!!!!!!! Passés la frontière polonaise, nous avons pu assister à un ballet comique et ridicule d’inefficacité! Imaginez une cohorte de douaniers Ukrainiens (dont 95% ne faisaient qu’effectuer des allers et retours entre les différents locaux, que font-ils??!!) en tenue militaire avec une immense Chapka à la Russe. Une jolie douanière nous soutire nos passeports le temps de les tamponner et tout ceci sans un sourire. Ensuite la soute à bagage a été ouverte pour une photo d’ensemble (pas de fouilles, pas de déclaration douanière, rien! Nous pouvions avoir 30 Kg de cocaïne sur nous!) avec une même photo de l’intérieur du bus vide de ses passagers. Vous pouvez m’expliquer à quoi ça sert??!. Le plus craquant a été le militaire Ukrainien dans toute sa splendeur avec son chien anti-drogue : un caniche royal toiletté comme pour un concours de beauté!!! Hilarant! Bref, il neige et sommes bien arrivés à Lviv, enfin à un détail près : la gare routière n’est pas du tout dans la ville mais plutôt à 20 minutes de taxico! Taxico kesako? C’est sans doute un moyen de transport collectif que l’on trouve uniquement des les pays de l’ex-URSS! Un taxico c’est tout simplement un minibus complètement pourri dans lequel 248 personnes peuvent aisément s’entasser!!! Après 20 minutes de taxico qui résume à lui seul le changement radical de monde et culture, nous voici au centre de Lviv dénommée la « Cracovie oubliée ». En effet, la ville appartenait à la Pologne avant d’être annexée à l’Ukraine par Staline après la Guerre, ce qui explique sa beautés architecturale centenaire. La ville est miraculeusement indemne des guerres et surtout de l’affreuse urbanisation soviétique, outre l’opéra et la gare qui sont de véritables merveilles comme dans toute l’ex-URSS. Pas grand chose à dire de Lviv mis à part que nous nous sentons vraiment entre deux mondes qui fusionnent en cette ville. Tout d’abord la notion de « confort » se perd à en voir notre hostel qui certes propose un jacuzzi mais le chauffage est quasi inexistant (nous dormons avec nos sacs de couchage), et la propreté commence à être sérieusement douteuse. Ensuite, la population n’est plus du tout avenante et encore moins cordiale!!! Pour finir les monuments et la culture sont vraiment déchirés entre l’Europe et la Russie, prenons l’exemple des bâtiments religieux, l’architecture est franchement catholique mais l’habillement intérieur est orthodoxe! Alors Catholique ou Orthodoxe??? Lviv est une ville à la culture fortement orthodoxe Ukrainienne qui par ailleurs est un bastion patriotique anti-influence Russe. L’église propose donc un décor très élaboré, quasi saturé de couleur, un cœur caché des regards et une multitude d’icônes dont une centrale avec son petit chiffon afin d’essuyer après chaque baiser. Disons-le en Ukraine il commence à faire froid, nous avons eu -8°C à Lviv alors que Kiev nous réserve des températures de -18°C et ne parlons même pas de Nijny Novgorod avec ses -28°C et Oulan Bator avec ses -34°C! A l’heure où je vous écris nous sommes à Nijny et la température est sérieusement remontée à un point qu’il pleut désormais!!!

« 1 de 2 »