Archives de catégorie : Chine

Eurasie 2010 : Retour en Chine : Chengdu

De SangriLa, nous prenons le bus «express» pour Kunming, la route est malheureusement en construction sur 20Km et il nous faudra près de 15 Heures au lieu de 12 pour rejoindre la ville via la jolie campagne. Une fois à Kunming, nous nous rendons dès que possible au PSB afin de pleurer pour obtenir une extension de 6 malheureux jours! Le fonctionnaire nous regarde en voyant que nous sommes arrivés il y a une semaine en nous disant «Vous ne trouvez pas que c’est un peu trop tot?!!». Après lui avoir expliqué que nous allons au Tibet et qu’il est impossible d’étendre un visa à Lhassa, celui-ci accepta de recevoir notre demande contre 160RMB et 1 semaine d’attente!
Cool! Nous pouvons nous offrir Shanghai et son exposition! Mais il est impossible de prendre l’avion sans son passeport et le train demande 4 jours A+R de transport. Si on prend également en compte le coté financier, cette petite escapade nous aurait coûté la modique somme de 1100€ pour 1 semaine!!!!!! Tant pis, on verra plus tard pour Shanghai mais dépenser en 1 semaine ce que l’on dépense pour 1 mois n’est pas admissible! On abandonne donc les 300000 visiteurs bridés journaliers et les 3 à 6 heures d’attentes par bâtiments pour économiser le Tibet!
Nous passerons donc une semaine d’attente forcée à Kunming en se reposant et en fignolant les dernières étapes du trip Tibétain en galérant pour trouver un moyen de transport. Nous aimerions prendre le train mais lorsque nous récupérons nos passeports, ils sera trop tard pour effectuer les 4 jours de train afin d’arriver le 15 Juillet à Lhassa. Encore une fois tant pis, nous prendrons l’avion depuis Chengdu car la spéculation des agences de voyage sur ces billets de train fait tripler les prix.
L’achat du billet fut un chemin de croix car il y avait une promotion de 10% sur le billet mais impossible de payer avec notre carte bancaire et encore moins avec celle de la GuestHouse !!! Les types de l’agence AirChina de Kunming étaient sympas de nous avoir réservé nos billets après les avoir un peu secoués!
La date de retrait de nos passeports est fixée à Lundi mais nous tentons de les récupérer ce Vendredi, avec succès! Nous pouvons donc nous rendre tout de suite à Chengdu et ainsi dévaliser le Décathlon et le Auchan! Enfin de l’excellent matériel Français aux tailles Européennes à des prix bas; nous avons passé des heures aux Decath et nous en sortons pour 80€! Quant à Auchan, quel bonheur de trouver du vrai chocolat à l’orange importé à un prix exorbitant!
Demain, nous prenons l’avion pour Lhassa, décollage à 7h10 du matin, direction le Tibet !

Visa Josselin (Français) : Visa de 30 Jours obtenu à l’ambassade de Phnom Penh au Cambodge contre 30USD , un formulaire, une photo, un faux billet d’avion et une fausse invitation!! A ne pas faire car j’ai eu très chaud, les conséquences peuvent être lourdes (interdiction de territoire à vie) !
Visa Yulia (Russe) : Visa de 30 Jours obtenu à l’ambassade de Phnom Penh au Cambodge contre 30USD, un formulaire et une photo, tout le contraire de moi et de notre première demande!
Extension de 30 nouveaux jours demandés à Kunming contre 160RMB et une photo. ATTENTION, il est impossible de prolonger un visa au Tibet, les petits PSB font cette démarche dans la journée mais impossible de déposer la demande 7 jours avant la date d’expiration, les gros PSB n’ont pas cette limite mais demandent 1 semaine de traitement pendant laquelle vous ne pourrez voyager par avion.
Par ailleurs, à la sortie du Tibet, fouille et verification du passeport⁄visa et surtout du permis vous attendent!
Dates : du 23⁄06⁄2010 au 28⁄07⁄2010 soit 36 jours au total dont 22 jours en Chine et 14 jours au Tibet (les depenses tu Tibet sont traités comme un pays à part, FREE TIBET !!).
Dépenses :
Retraits : 120,09€ + 119,78€ + 240,06€ + 240,06€ + 242,46€ + 236,50€ + 236,63€ + 352,89 = 1788,47€
On retire le prix du tour au Tibet afin de l’inclure dans la fiche pays du Tibet : 2 x 2805RMB soit 5610RMB à 8,5RMB⁄€ = 660€
Ainsi 1788,47€ – 660€ = 1128€
Total en Chine de 1128€ sur 22jours soit 51,27€ ⁄ jour
Budget de 80€⁄jour soit une économie de 632€
Cumul : 14749€ avec un budget à +3803€
Comparatif du coût de la vie à ce niveau de parcours :
1 – Laos : 40€ ⁄ Jour
2 – Thaïlande : 54,46€ ⁄ Jour
3 – Cambodge : 56€ ⁄ Jour
4 – Mongolie : 59,20€ ⁄ Jour
5 – Vietnam : 59,6€ ⁄ Jour
6 – Ukraine : 61€ ⁄ Jour
7 – Chine (MIS A JOUR) : 61,3€ ⁄ Jour
8 – Pologne : 81,60€ ⁄ Jour
9 – Russie : 86,66€ ⁄ Jour
10 – Hongrie : 105,50€ ⁄ Jour
11 – Autriche : 137,50€ ⁄ Jour
12 – République Tchèque : 142,50€ ⁄ Jour
Notes :
Intérêt des monuments : 4⁄5
Vie culturelle : 4⁄5
Beautée des paysages : 5⁄5
Performance des transports : 5⁄5
Ambiance : 3⁄5
Activités ou sorties diverses : 3⁄5
Rapport qualité-prix : 3⁄5
Facilités touristiques : 4,5⁄5
Contacts avec la population : 4⁄5
Sentiment de sécurité : 5⁄5
Beautée des femmes (selon Josselin!) : 4⁄5
Beauté des hommes (selon Yulia!) : 3⁄5
Total de 47,5⁄60
Ancien total de 52⁄60 donc moyenne mise à jour à 49,5⁄60

Eurasie 2010 : Retour en Chine : SangriLa

La campagne commence à être Tibétaine avec ses champs mêlant le vert et le jaune, les maisons sont fantastiques avec leurs véritables troncs d’arbres comme piliers porteurs.
Nous arrivons à SangriLa après 3 heures de route, c’est une ville qui paraît conserver au premier abord son originalité Tibétaine. Malgré la beautée de la vieille ville, on se rend vite compte que tout est fait pour créer un environnement Tibetain virtuel pour le folklore touristique à la Chinoise. On ne va critiquer que les nouveaux bâtiments soient respectueux du style Tibetain mais ça ne fait vraiment pas authentique! Nous débarquons un peu trop tôt du bus et avons la chance de tomber pile poil devant le PSB (Public Security Bureau) qui s’occupe des étrangers. Nous avons réservé notre tour au Tibet mais sommes confrontés à un soucis de taille, c’est que notre visa expire 6 jours avant notre sortie programmée du territoire! Il est facile contre environ 18€ de prolonger son visa d’un mois supplémentaire mais le PSB de Lijiang nous a déjà refusé de traiter notre demande car il ne peut l’accepter que 7 jours avant la date d’expiration; 7 jours avant, nous serons à Lhassa et le PSB de Lhassa refuse catégoriquement de traiter la moindre extension, on se demande à quoi ils servent! Nous tombons sur une adorable Tibétaine qui nous explique que l’ordinateur n’accepte pas la demande 1 semaine avant, impossible donc de le faire ici. La seule solution restante étant de faire la demande à un PSB d’une grosse ville comme Kunming mais les délais de traitement passent de 6 heures à 1 semaine !!! Nous verrons bien à Kunming.
Nous arrivons à pied dans la vieille ville toute petite mais très charmante, sans plan, difficile de s’y retrouver! Nous rencontrons une Américaine qui enseigne l’Anglais ici et nous mène vers notre GH qui est d’ailleurs trop neuve pour être ouverte! Nous trouvons finalement sur une bicoque en bois pour y passer la nuit avant de partir à la découverte de la vieille ville dominée par le temple au plus gros moulin à prière du monde. Les caméras sont partout, les seuls moines que nous voyons sont derrière une boutique, tout semble calculé tout comme les danses organisées chaque soirs sur la place centrale (même si la gaieté est de mise); c’est un avant-goût du Tibet sous contrôle des Chinois…
Le lendemain nous nous rendons en bus local au grand monastère Tibétain, étape du pèlerinage vers Lhassa comptant en 2008 prés de 600 moines. Le bus s’arrête, un policier nous ordonne de descendre, nous refusons en demandant pourquoi! Après tois refus, faisant sourire les locaux, qui continueront leur route vers le monastère, il appelle un collègue qui parle Anglais et nous explique que tout a changé: le monastère est totalement encadré et sous surveillance, les tickets ont doublés et devons prendre le bus jaune à touristes, seul autorisé à transporter des étrangers! Cela commence bien! Arrivés sur place la déception est immense, les Chinois détruisent carrément les anciens bâtiments pour en reconstruire des nouveaux! L’âme a disparu laissant place au tourisme de masse Chinois sous haute surveillance. Les seuls moines qui restent sont des commerciaux derrière des boutiques. Nous ne restons pas une seconde de plus, si les Chinois n’ont pas pu éradiquer la culture Tibétaine par la force en 50 ans, alors je pense que SangriLa est un nouveau prototype d’anéantissement par le tourisme qui semble avoir malheureusement réussi ici…
« 1 de 2 »

Eurasie 2010 : Retour en Chine : Gorges du saut du tigre

Départ à 8h30 de la GH après un petit cadeau de départ de Mama (pendentifs) pour les gorges du saut du tigre. Ces gorges sont les plus profondes du monde avec une différence de 3900metres entre le Yangtse et le Haba snow mountain (5400 metres de haut).
Nous nous faisons déposer à Quiatou, village de départ du trek de 16 Km après que le chauffeur du taxi d’ethnie proche Tibétaine, m’a dit que mon accent Chinois est naze comparé à celui de l’Américaine juste derrière!!!! Je fait de mon mieux, monsieur!!!!
Les gorges en elles même n’ont rien de vraiment extraordinaire en comparaison des parois verticales du Verdon, mais les puissants torrents du Yangtze, surmontés par cette majestueuse montagne, en font un endroit sauvagement beau. Nous grimpons légèrement de 1800 mètres à 2000 mètres jusqu’à la Naxi GH pour y manger un succulent morceau, c’est un très bon endroit pour s’arrêter la nuit si on compte faire le trek en 3 jours. Nous continuons fortement jusqu’à 2600 mètres d’altitude où nous évitons une fausse guitoune d’entrée, tenue par de vieilles Chinoises ne parlant pas un mot d’Anglais! Plus loin c’est un point de vue qu’une vieille femme veut faire payer 1€, c’est dingue comme le tourisme pourri tout!!
Nous continuons jusqu’à la lointaine HalfWay GH que nous atteignons à 19h00 afin d’y passer la nuit. C’est pas facile tout de même comme trek, même si le dénivelé n’est pas énorme.
Nous retrouvons le groupe avec lequel nous avions fait le trajet le matin et notamment les deux Français Rémi et Ali. Je m’engage malheureusement à discuter politique générale avec Rémi, ancien instituteur borné. Je me suis limité à récolter son point de vue en restant étonnamment calme, mais franchement ce bonhomme est prodigieusement agaçant! Il ne conçoit déjà pas que l’on puisse être d’un autre avis que lui, il possède la vérité à 31 ans et en exerçant à la maternelle… Déjà, la seconde fois que je tape sur les instits, on va finir par dire que je suis anti-profs…
Franchement, il n’y a que les Français que nous trouvons aussi bornés et hautains! Ils n’imaginent pas un seul instant que leur responsabilité est engagé lorsque l’on trouve encore 10% des collégiens qui ne savent pas lire correctement! C’est toujours de la faute des gouvernements!
Rémi ne représente, heureusement, pas vraiment la profession, c’est surtout un jeune idéaliste, voire un utopiste quasi communiste! Espérons qu’il se réveillera un jour un peu plus tolérant et à l’écoute d’autres opinions… Ali, Tuniso-Egyptien-Francais est, par contre, tout ce qu’il y a de plus sympathique, terriblement bavard mais si attachant et sensible!! Il «profite» du douloureux héritage laissé par sa mère pour faire un petit tour de Chine.
Bref, nous passons une excellente nuit en altitude sous la grosse couette, quel bonheur d’avoir enfin froid! Nous nous réveillons le lendemain matin et prenons notre petit déjeuner en face de la montagne, quelle superbe! Nous continuons de plus belle pour finir le trek en moins de deux heures en passant devant une jolie cascade. Nous partagerons les frais de retour sur Quiatou en vanne avec un couple d’Anglais et d’Espagnol.
De retour à Jade GH, nous récupérons nos sacs et essayons de trouver l’arrêt de bus pour SangriLa, c’est plutôt lui qui finira par nous trouver en nous ramassant gentiment sur le bord de la route!!
La route est magnifique, le relief est de plus en plus ondulé et l’architecture des maisons est spécialement jolie.
« 1 de 3 »

Eurasie 2010 : Retour en Chine : Lijiang

Comme d’habitude, le minibus nous dépose à une gare routière totalement excentré de la ville, il nous faut prendre le bus de ville en pariant sur un arrêt près de la vieille ville. Manque de bol, nous finirons le trajet en taxi, nous étions totalement paumés, les immeubles de la ville nouvelle cachent et ceinturent la petite vieille ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco.
Mais le taxi ne peut rentrer dans la vieille ville, totalement piétonne, on a galéré pendant encore une heure pour trouver Mama GH. Entre les Chinois qui disent n’importe quoi et ceux qui disent non tout de suite, c’était pas facile; nous avions beaucoup de mal à nous repérer (on se paumait tout le temps)!
Pas grand chose à dire de Lijiang, très touristique et bruyante, mais tellement charmante lorsque l’on se perd (souvent!) dans les ruelles qui longent les centaines de canaux tranquilles, faisant grossièrement penser à Venise. Nous serons en villégiature ici et continuerons notre prospection de notre voyage organisé au Tibet.
Un petit mot tout de même de la GuestHouse Mama Naxi: les chambres sont bon marché et un peu délabrées mais restent très correctes et la propriétaire est d’une énergie incroyable et très attachante!
Demain nous partons en taxi collectif depuis la GuestHouse pour les plus profondes gorges du monde, les gorges du saut du tigre.

Eurasie 2010 : Retour en Chine : Dali

Moi, qui croyais que la classe hard seat était composé de sièges comme dans les bus, eh bien nous avons été servis!
Nous étions avec le peuple, c’est le moins que l’on puisse dire!! 9 heures sur des banquettes parfaitement perpendiculaires et aussi moelleuse que du bois Ikea… On se prépare pour l’Inde!
Nous ne pouvions surclasser notre billet à bord, le train était uniquement composé de hard seat!
Nous avons pris notre mal en patience (et moi qui n’était pas assez patient en TGV première classe!), serré les dent et regardé le paysage, magnifique, par ailleurs. La Chine n’as vraiment rien à envier à ses voisins pour les rizières!
Nous voyons défiler toutes sortes de locaux dans notre wagon, quelques ethnies, beaucoup de pauvres au sourire éclatant: tant l’argent ou l’or des couronnes à dû leur coûter cher.
Nous sautions comme des gazelles boiteuses à la sortie du train, enfin libres!
Juste le temps d’éviter les rabatteurs qui sont des enfants de coeur comparés aux Vietnamiens. Nous voici dans le bus N°8, direction la vieille ville en compagnie de deux Françaises, Marie et Caroline. Toutes deux finissent leur petit tour de Chine entre leurs fin d’études et l’établissement de leurs carrières. Nous nous retrouverons régulièrement jusqu’à Lijiang.
Dali est une ville agréable mais très touristique et quelque peu falsifiée (beaucoup de bâtiments neufs)! Néanmoins, l’hostel Hump est préservé à l’écart de l’agitation touristique et offre une agréable terrasse le long de la rue-cascade. Nous avons économisé la moitié de la nuit car Yulia a traduit un texte de promotion en Russe, l’hostel vient d’ouvrir ses portes et nous semblons être les premiers à occuper la superbe chambre Honeymoon! Il a tout de même fallu que je réajuste la fenêtre et les toilettes!
La vieille ville en elle même n’est pas passionnante, juste agréable pour cette rue-cascade, mais par contre, le temple des 3 pagodes à deux pas d’ici est vraiment fantastique! Armés de notre faux Lonely Planet photocopié dont les plans sont illisibles, nous entamons la visite que nous pensions courte. Nous n’avions pas mesuré l’ampleur de ce temple, symbole de la ville et de la région. Le devant est occupé par les 3 jolies pagodes de 45 et 70 mètres de haut, les deux petites penchant plus ou moins légèrement depuis le tremblement de terre de 1997.
Pensant que le temple se limitait à cela et au bâtiment supérieur, nous étions très surpris de trouver un large escalier derrière le premier bâtiment qui mène vers un autre bâtiment et ainsi de suite!
2 heures et demi pour atteindre le dernier bâtiment au pied de la montagne, nous en avions prévu même pas 1 heure!!!!!!! Le temple est fabuleux et immense (je dirais autant que la Cité Interdite!), les pagodes ne sont qu’une petite vitrine. Un véritable bonheur d’être de nouveau stupéfait par tant de splendeur depuis le Cambodge, c’est que l’on se lasse vite et devenons exigeants maintenant!!
Nous arrivons donc avec près d’une heure de retard à notre rendez-vous avec les filles. La honte, elles qui poireautent gentiment! Nous passerons une très bonne soirée ensemble en mangeant un barbecue Chinois en parlant de tout et de rien (j’ai encore eu la fâcheuse tendance à monopoliser la conversation!).
Après une seconde nuit, nous passons par une agence pour nous rendre à Lijang situé à seulement 2 heures et demi de minibus.
« 1 de 3 »

Eurasie 2010 : Retour en Chine : Kunming

Hekou est une frontière commerciale très active entre le Vietnam et la Chine, les camions font la queue pour envahir cette petite ville de bananes et cerises et autres fruits et légumes.
Nous arrivons au poste douanier, bien plus organisé cette fois. Nous passons plus de 15minutes chacun devant le douanier (sans exagérations!!!) qui était tout nouveau, le pauvre. Nous devions être ses premiers étrangers, on le voyait presque transpirer! Pour une fois que c’est le douanier qui est stressé et pas nous! Je vous passe la tête des Vietnamiens qui essayaient tant bien que mal de patienter. Il a appelé plusieurs fois sa responsable, une fois notamment car il était perturbé par le numéro de passeport de Yulia qui se décline de cette façon xxN°xxxxx!
Bon l’essentiel c’est qu’il a réussi et que nous soyons passés, nous re voici en Chine!!
Notre première préoccupation est de changer nos Dongs en Yuans avant que le dernier bus pour les rizières du Yuanyang ne parte, manque de chance, nous ne trouvons qu’un ATM mais personne ne veut nous débarrasser (à taux correct) de nos Dongs, décidément le Vietnam nous pourrit la vie jusqu’au bout! Changez vos Dongs avant de passer la frontière!
On se pointe à la gare routière et on nous informe que le bus pour Yuanyang est déjà parti! Ben, il est pas encore 9h50! Non il est simplement 10h30! Nous avions simplement oublié de rajouter une heure de décalage horaire à la frontière!!
Tant pis on va alors aller directement à Kunming. A peine arrivé, on nous dirige vers le guichet pour acheter les tickets et nous aider à trouver notre bus. Quel bonheur, la Chine!!!! Nous sommes si heureux d’arrêter de compter la monnaie que l’on nous rend, heureux de ne plus se battre avec un chauffeur de bus pourri, heureux de revoir toutes ses infrastructures et cette rigoureuse organisation qui constituent le miracle du développement Chinois, on est presque comme à la maison!!!!!!
Seul point noir, nous craignons le bus avec la cigarette, mais là aussi les choses changent en quelques mois, une hôtesse a fait son apparition et fait la chasse! Quel bonheur, un bus neuf et climatisé, des routes parfaites, de jolis aménagements, des informations claires et honnêtes, des gens adorables, QUEL BONHEUR!!!!!!!!! Bon bien entendu, on a toujours le droit à la guinguette au plateau repas qui ne coûte rien avec riz, tofu et épices mais on est tellement heureux! Par contre les Chinois sont bien des asiatiques, ils mangent tout le temps et ne supportent pas les bus, conséquence logique : ils ne font que vomir avec plus ou moins de classe!!!!
Arrivés à Kunming dans le même hostel que la dernière fois, nous constatons que nous sommes un peu plus sollicités que pendant la basse saison touristique mais les paysans d’hier sont devenus des citadins, le taxi n’est pas trafiqué et rend correctement la monnaie, le réseau de bus est parfaitement développé et efficace, des villes entières poussent à une vitesse irréaliste, des chiens de compagnie commencent même à faire leurs apparitions!!!!!!!!!!
Bref nous sommes à la maison et content de l’être!!
Nous comptons cette fois-ci réussir à passer au Népal via le Tibet sans y laisser trop de plumes. Difficile voire impossible à présent de se rendre au Tibet sans passer par une agence de A à Z, c’est bien verrouillé. Nous voulons de toute façon jouer le jeu, surtout en Chine.
Nous nous mettons donc à l’active recherche d’un circuit pour le Tibet avec l’objectif de boucler cela en 48 heures.
Nous trouvons un tour de 14 jours avec 5 autres personnes chez SnowLion pour 425 USD par personne tout inclus sauf logement, repas et frais d’entrées aux monuments, autant dire que c’est donné! Voici notre itinéraire :
  • Day 1: Arrive in Lhasa
  • Day 2: Lhasa
  • Day 3: Lhasa
  • Day 4: Lhasa
  • Day 5: Lhasa
  • Day 6: Lhasa – Namtso lake
  • Day 7: Namtso lake – Tsetang
  • Day 8: Tsetang
  • Day 9: Tsetang – Yamdrok lake – Gyantse
  • Day 10: Gyantse – Shigatse
  • Day 11: Shigatse – Shegar
  • Day 12: Shegar – Everest Base Camp
  • Day 13: Everest Base Camp – Old Tingri
  • Day 14: Old Tingri – Zhangmu – Népal
Par ailleurs, j’ai fait quelques recherches sur la plupart des autres agences présentes sur le marché :
SANS HOTEL INCLUS:
  • SnowLion1 : 14D : with 5 peoples : Dep 15 July : with namtso : 206RMB⁄days
  • TibetCycle : 9D : with 2 peoples : Dep 10 July : with namtso : 411RMB⁄days
  • TenzinNamgyalDiscoveryTibet : 9D : with 0 peoples : Dep ? July : with namtso : 500RMB⁄days
  • SnowLion2 : 10D : with 0 peoples : Dep ? July : with namtso : 515RMB⁄days
  • TibetAndDream : 8D : with 0 peoples : Dep ? July : with namtso : 527RMB⁄days
  • TibetTrafficInn2 : 7D : with 1 peoples : Dep 3 July : with namtso : 585RMB⁄days
  • MixHostel1 : 7D : with 0 peoples : Dep ? July : no namtso : 652RMB⁄days
  • TibetanConnection : 8D : with 0 peoples : Dep ? July : with namtso : 656RMB⁄days
  • TibetTrafficInn1 : 8D : with 0 peoples : Dep ? July : with namtso : 665RMB⁄days
  • Sim’sCozy : 9D : with 0 peoples : Dep ? July : with namtso : 688RMB⁄days
  • MixHostel2 : 8D : with 0 peoples : Dep ? July : with namtso : 711RMB⁄days
AVEC HOTEL INCLUS:
  • MrChen : 8D : with 2 peoples : Dep 6 July : with namtso : 392RMB⁄days
  • ChinaYak : 7D : with 2 peoples : Dep 4 July : no namtso : 829RMB⁄days
  • ShigatseTravel : 9D : with 0 peoples : Dep ? July : with namtso : 833RMB⁄days
  • LeoHostel : 7D : with 0 peoples : Dep ? July : no namtso : 943RMB⁄days
AVEC HOTEL & FRAIS D’ENTREES INCLUS :
  • TravelTibetGuide1 : 9D : with 0 peoples : Dep 3 July : with namtso : 773RMB⁄days
  • TibetAndDream2 : 8D : with 0 peoples : Dep ? July : with namtso : 821RMB⁄days
  • TravelTibetGuide2 : 6D : with 0 peoples : Dep ? July : no namtso : 904RMB⁄days
DETAILS DES FRAIS D’ENTREES :
  • Potala Palace 100RMB
  • Jokhang Temple 85RMB
  • Sera Monastery 55RMB
  • Drepung Monastery 50RMB
  • Norbulingka Palace 60RMB
  • Namtso Lake 80RMB
  • Yamdrok lake RMB40
  • Pelkor Chode 40RMB
  • Gyantse Dzong 30RMB
  • Tashilunpo Monastery 55RMB
  • EBC 180RMB + 400RMB for car
A savoir que le prix de fonctionnement d’un véhicule reste le même que vous soyez 1 ou 7 dedans, groupez-vous donc au maximum pour diviser les prix par 2 voir 4!
Nous devons donc partir de Shanghai le 13 pour arriver à Lhassa le 15 Juillet, nous avons donc le temps de nous offrir le nord ouest du Yunnan avec, les gorges du saut du tigre, les plus profondes gorges du monde!
Demain direction Dali en train, hard seat, toute une aventure en soit!

Eurasie 2010 : Hong Kong

Hong Kong… Qui ne connaît pas??? «Le port au parfum» resté colonie britannique jusqu’en 1997, date de sa cession à la Chine en l’échange de 50 années de totale liberté insolente pour le régime de Pékin. Hong Kong n’est Chinois que sur le carte géographique, ici pas de censure, le rythme de vie est purement britannique avec le zèle obligatoire de sa puissance financière sur l’Asie. La frontière est par ailleurs bien réelle, au niveau consulaire lorsque vous rentrez à Hong Kong vous n’êtes pas en Chine et vice versa, ne vous faites pas piéger par un visa Chinois simple entrée!
Concluons tout d’abord sur notre voyage en Chine, nous avons dit beaucoup de bien comme énormément de mal sur ce pays et ses habitants. Au final c’est un pays fantastique où il est très facile de voyager par la gentillesse de ses habitants et la qualité de ses infrastructures. Pas de soucis consulaires ou policiers contrairement à ce que l’on pense, nous sommes libres comme l’air! Le patrimoine culturel et naturel est saisissant. Une mention spéciale pour le peuple Chinois qui malgré quelques habitudes extrêmement pénibles, est très attachant et serviable, on s’y sent vraiment comme chez soi!
Le bus de Yangshuo d’ailleurs extrêmement mal organisé, nous dépose à la gare routière que l’on pense être la centrale de Shenzhen. Que nenni! Nous nous sommes regroupés instinctivement entre Européens paumés (les locaux ont dû rigolé!) et nous nous trouvons en réalité à 14 stations de bus de la frontière (on se disait aussi que c’était étrangement peu développé et vert dans le coin!)!! A partir de là, il suffit de suivre le panneau (irréaliste!) de «Hong Kong», c’est quand même généralement mal indiqué… Quelque fois on doute sérieusement de la fiabilité de ces indications car nous ne cessons de monter les étages d’un immeuble aux multiples boutiques, on se croirait dans un département store! Hong Kong est dans les nuages? Sûrement, un peu dans nos rêves avant de passer la passerelle enjambant un bras de mer qui symbolise la frontière avec son lot de caméras et de barbelés!
Les douaniers sont bel et bien là, aucun soucis particulier, nous avons d’office droit à 90jours pour moi et 14 pour Yulia!
Une fois passé la frontière, nous sommes loin du Hong Kong que nous imaginons! Les tours sont inexistantes et la verdure est omniprésente. Nous devons prendre le MTR, sorte de métro faisant également office de «RER»! Nous avons mis du temps à comprendre que le métro était le MTR, les plans sont tout de même un peu trop basiques! Le prix nous scotchent après 2 mois en Chine, bien que les transports soient très bon marchés pour une mégapole de ce rang.
Nous sortons avec nos gros sacs à dos du MTR en plein cœur de Hong Kong Island, le choc culturel est énorme! La similitude avec Londres est surprenante, les grandes tours de verre abritent d’innombrables bureaux sur lesquels les larges vitrines des boutiques de luxe ferment parfois leurs portes pour les caprices d’une célébrité. L’anglais est placé avant le Chinois qui reprend tout de même de plus en plus ses droits. Les routes à la signalisation jaune sont usitées par des bus à double étages et qui roulent à toute allure et…à gauche! Le bruit, les fortes lumières, les automobiles et les gens sont présents en masse. Le détroit est également très utilisé par les divers paquebot, cargos, vedettes, speedboats, mais surtout le fameux star ferry qui assure les liaisons entre les îles à prix dérisoire. Hong Kong aux 7 millions d’habitants ne se révèle en tant que ville gratte-ciel que lorsque l’on lève le menton (fatiguant à la longue!), sinon on se sent comme dans une grande ville de province avec ses petits quartiers où l’on retrouve assez aisément des gens précédemment croisés!
La particularité de Hong Kong par rapport aux autres villes gratte-ciel, c’est que le centre (Kowloon et Island) est partagé par un bras de mer créant sa célèbre baie, et donc qu’un mur formé de buildings la ferme de part et d’autres. Je pense que c’est donc plutôt la « façade » qui est connue, dans les deux sens du terme!
Nous avons l’extrême chance qu’Olivia et Gregory, récents expatriés Parisiens, nous accueillent les bras ouverts dans leur magnifique appartement du 28 étage (soit près de 100mètres de haut! Ça devrait te plaire, Pierre gentil caribou!!!!).
Nous débarquons chez eux avec nos gros sacs, mes chaussures qui sentent le cadavre fraîchement déterré et tout en sueur après 15 heures de voyage dans un bus où j’ai carrément dû me retrancher sous ma veste aà cause de la climatisation réglée à fond les ballons et qui souffle, par chance, juste au dessus de moi! Sacré portrait!
Après une bonne douche méritée, Olivia eu la riche idée de nous emmener en un restaurant Français! Inutile de vous dire que j’ai profité de l’un des meilleurs repas de toute ma vie après 4 mois de vadrouille!! Je vous dresse le tableau : Mauresque (Pastis avec un soupçon de sirop d’orgeat), servi bien frais, véritable steak-frites et surtout, surtout, surtout LE plateau de fromage avec du bon pain frais et croustillant, un moment ma-gis-trallllll! Pensez qu’il y avait même du comté, fromage des dieux, j’étais comblé et ça me fait tourner la tête rien que de l’écrire! Encore un grand merci de nous avoir fait rêver avec nos si chers produits Français! Par ailleurs, il est incontestable que le meilleur endroit du monde pour manger avec goût demeure la France et que plus on s’y éloigne, plus elle nous manque…..!!
Une petite parenthèse (encore que dira Yulia en corrigeant! Je me croirais retourné à l’école avec la maîtresse qui corrige mes devoirs!) pour dire que l’on trouve une multitude de restaurants différents en Hong Kong et que (héritage Anglais??) l’on aperçoit dans le supermarché des trucs encore plus chimiques que par chez nous! La gestion de l’eau semble un réel problème (nous y arriverons aussi un jour ou l’autre) oà la grande majorité des bouteilles proposent de la « drinking water », comprenez une eau osmosée (déminéralisée comme pour nos fers à vapeur) et soumis aux UV, quelque fois minéralisée pour lui donner un petit goût…
On finit par se décrocher du restaurant et se séparer pour faire un peu les touristes (On est un peu venu pour ca!).En ce qui me concerne, le ventre bien rempli et les dernières saveurs accrochées à ma bouche (ou plutôt mon haleine envahie par le fromage!!), je reste toute l’après midi dans le gaz avec l’envie irrésistible de faire une bonne sieste!!
On se motive, on prend le star ferry pour rejoindre Kowloon et visiter le quartier. Les Pakistanais nous rappellent bien que nous avons la bonne tête de touriste en essayant de nous vendre montres ou autres bijoux! Le temps est couvert mais donne un effet irréel avec ces tours qui relient le ciel à la terre. Les tours IFC 1 et 2 (où Grégory travaille) sont impressionnantes par leurs dimensions (près de 500 mètres de haut pour près de 110 étages), bien que modestes en comparaison de la plus grande tour du monde à Dubaï d’environ 800 mètres de haut! Mais ça nous suffit! Le centre reste le quartier des affaires et la périphérie est résidentielle. Il est vrai que les immeubles principaux sont jolis malgré les innombrables publicités qui pullulent sur leurs toits. La grande majorité des autres immeubles semblent ne pas avoir été conçu sur un critère de beauté. Hong Kong n’est sûrement pas la plus belle mais certainement la plus « verticale ».
Le soir venu nous profitons du plus grand son et lumière au monde sur les buildings de l’île, rien de bien extraordinaire mais sympathique sortie.
Mais que font tous ces Asiatiques au milieu de Londres? Ls similitude est surprenante, la griffe Britannique est incontestable, notamment avec le quartier des pubs de Soho où musique forte, Anglophone bruyant (Euphémisme!!!), tonneaux de bière et écrans plats géants retransmettant les matchs de foot sont de rigueur! Nous y retrouvons Olivia et Grégory pour boire un verre de vodka dans le congélateur géant du bistrot Russe sur le son des musiciens Russes à proximité.
Nous nous rendrons sur la calme île de Lantau afin de rejoindre le plus grand bouddha en bronze du monde (36 Mètres de haut). Nous prenons le star ferry puis un bus où j’ai failli hurler contre un chauffeur qui me disait de mettre 44 au lieu de 54 Dollards! Il faut dire qu’il est complètement imbécile d’imposer la préparation du compte exact de somme comme 22,80 Dollars, même si je me suis rendu compte que l’imbécile c’était moi qui n’avait pas opté pour l’octopus (carte de paiement pour tout les transports de Hong Kong) pourtant intégralement remboursable lorsque l’on quitte le territoire! Parlons également des billets de banque ou le système financier est très particulier. Je ne saurais vous expliquer comment le système bancaire fonctionne mais les billets de banque n’en sont simplement pas, en tout cas pas comme ceux que nous connaissons! En effet, les billets sont des « bons » correspondant à la valeur faciale uniquement valable chez la banque émettrice. Ainsi vous trouverez des billets de 10 dollars tous différents les uns des autres issus d’autant de banques différentes implantées à Hong Kong! Le billet de 10 est d’ailleurs comme un collector car il est plastifié, ça surprend!
Le grand bouddha pour en revenir à lui est donc admirable (bien que très récent, datant des année 90) et jouit d’une situation exceptionnelle sur une île ayant échappé au développement immobilier frénétique (mis à part l’aéroport). En prenant le téléphérique qui nous redescendait, nous aurions beaucoup de fois souhaité descendre de la cabine pour profiter du coucher de soleil! Une cabine de téléphérique d’ailleurs « luxe » et donc plus chère car on voyait le paysage sous nos pieds à travers une vitre de plexiglas. Entre nous, on s’en fichait un peu, on a payé plus cher simplement pour éviter les 2 heures de queues pour la cabine des pauvres!
Pour clore notre tour de Hong Kong, nous voulions prendre de la hauteur, mais tous les étages panoramiques des tours étaient fermés à cause du grand week-end actuel. Nous nous rendons donc à Victoria Peak, le point le plus haut de l’île et la vue la plus connue de Hong Kong. Nous avions essayé de voir le panorama de nuit la veille mais, une véritable purée de pois, on ne voyait même pas la lumière de l’autre bout de la terrasse! Cela n’empêche pas le commerce qui propose de vous prendre en photo sur un écran bleu et de placer informatiquement derrière vous une magnifique prise de vue pour faire croire que vous y étiez au meilleur moment de l’année! Nous avons de la chance, la vue est assez dégagé pour en profiter à fond, l’endroit est même plaisant pour y rester un petit moment et manger, c’est d’ailleurs ici que j’ai mangé les meilleures lasagnes de ma vie!
Le tramways, historique car pionnier en Asie, défie incroyablement le dénivelé et nous propulse du pied de la China Bank Tower au point d’observation en quelques minutes. Il est d’ailleurs amusant de voir sur la photo que tout est interdit à Hong Kong, ce qui n’est pas plus mal. Ainsi fumer en certains endroits comme l’allée des stars, même à l’extérieur est totalement prohibé et puni de 5000$ HK, manger ou boire (faut pas avoir soif!) dans un lieu clos est puni de 1000$ HK, etc… Le plus amusant c’est que ça dérive légèrement en déterminant un prix pour tout, ainsi défoncer la barrière du parking à proximité de la China Bank Tower est puni de 10 000$ HK, à bon entendeur…
En redescendant, nous nous demandons ce que font ces centaines de femmes originaires des Philippines et qui se regroupent assises sur des cartons à même le sol dans la rue pour y manger, discuter, masser ou jouer. Il s’avère que ce sont des « gouvernantes » ou « maid » pourrait-on dire aux services de plus ou moins riches propriétaires et qui profitent de ces petites vacances pour sortir un peu. Leur situation est, paraît-il, précaire, salaire de misère et logement dans le placard de la maison du propriétaire pour nourrir leur famille resté au pays. Tout ceci est pourtant bien légal. Le libéralisme a ses limites tout de même…
« 1 de 3 »
Visa Josselin (Français) : Visa demandé à Oulan Bator en Mongolie pour une durée de 60jours. Papiers nécessaires : 1 photo d’identité, 1 billet de retour ou de continuation. Coût : 30$US
Visa Yulia (Russe) : Visa demandé à Oulan Bator en Mongolie pour une durée de 60 jours. Papiers nécessaires : 1 photo d’identité, 1 billet de retour ou de continuation, le titre de séjour Français et ENORMEMENT de chance (Visa impossible à obtenir en Mongolie normalement, coût : 30$US
Dates : du 09⁄02⁄2010 au 07⁄04⁄2010 soit 58 jours.
Dépenses :
Retraits : 107,51€ + 107,04€ + 214,82€ + 214,88€ + 217,57€ + 217,57€ + 216,54€ + 324,86€ + 217,30€ + 215,43€ + 324,74€ + 267,69€ + 272,12€ + 219,95€ + 218,10€ + 95,45€ + 96,53€
Paiement : Billet d’avion Air Asia Hong Kong -> Phuket : 231,86€
Total de 3776€ soit 65,10€ ⁄ jour
Budget de 80€⁄jour soit une économie de 864€
Cumul : 9320€ avec un budget à +1071€
Notes :
Intérêt des monuments : 5⁄5
Vie culturelle : 5⁄5
Beautée des paysages : 5⁄5
Performance des transports : 5⁄5
Ambiance : 4⁄5
Activités ou sorties diverses : 4⁄5
Rapport qualité-prix : 4⁄5
Facilités touristiques : 5⁄5
Contacts avec la population : 5⁄5
Sentiment de sécurité : 5⁄5
Beautée des femmes (selon Josselin!) : 3⁄5
Beauté des hommes (selon Yulia!) : 2⁄5
Total de 52⁄60

Eurasie 2010 : Yangshuo

Où se trouve l’endroit le plus touristique de Chine? Pékin, Xian? Non, il s’agit sans doute de Yangshuo! Jadis petit village de pécheur (notamment au cormoran) et repère ultime de tranquillité des routards, la métamorphose a fait son œuvre en moins de 5ans et l’on croise désormais dans les rues bien plus de blancs que de Chinois! Yangshuo est au tourisme ce que Paris est aux champignons! (Mauvais exemple? Sans doute, mais j’avait envie d’écrire ça!!!) Bref, un vrai emporium où tout s’achète (le paradis des contrefaçons) et où l’on vend n’importe quoi! Aucune difficulté donc pour y venir et en repartir, idem pour le logement, les excursions, les activités nocturnes etc… Même chose que les rizières, les artisans d’hier sont devenues vendeurs ambulants qui nous harcellent constamment, bien qu’ils soient plus originaux les uns que les autres, et les cireurs de chaussures guettant la pompe sale, sont curieusement très sollicités!
L’excursion-phare aux alentours de cette cité perdue au beau milieu des pics karstiques (pains de sucre) demeure la «croisière» en bateau sur la rivière Li afin d’y admirer les plus beaux paysages. Nous y retrouvons par chance nos amis Québécois de Pingyao et Xian, Pierre et Louise. Nous ferons la croisière ensemble sur environ 3 heures au lieu de 2. Pourquoi? Non, le capitaine n’était pas plus sympa que les autres, mais simplement que nous étions sur un «bamboo raft» et que malgré un temps acceptable au départ, nous nous sommes pris au détour d’un pain de sucre, une saucée magistrale digne de la mousson, repartie d’ailleurs aussi vite qu’elle est arrivée! Nous en profiterons pour manger dans une bicoque (le capitaine de la croisière s’amuse, prend une commission et mange à l’œil, voilà pourquoi il souhaite que l’on se goinfre!) avant de revenir à Yangshuo.
Nous retournerons ensemble le lendemain à Moon Hill, l’étrange arche «du doigt des dieux» résultant d’une formation érosive. Le raide chemin du parking au pied de l’arche ne se fait pas seul, une armée de grand-mères bien portantes, nous suivent (voir même nous devancent, bon sang!) tout en entretenant une conversation un peu basique! Le coup classique à l’arrivée, elles décrochent leurs glacières du coup pour nous proposer de minuscules bouteilles d’eau en l’échange de la modique somme de 5 euros!!!!!!!!! Une Canadienne rencontrée au «camp de base» qui semblait camper ici depuis un moment, tellement ses dires étaient faux, nous conseille de grimper tout en haut, le chemin est très facile et rapide, dit-elle!! Bon, ça tombe bien, je rentre dans ma folie du panoramique! Nous montons avec Louise car Pierre éprouve un fort vertige. Le sentier facile s’avéra un véritable parcours du combattant Vietnamien, il avait plu la veille et le sentier qui n’était qu’un champs de boue (Il n’y avait heureusement pas les mines!), grimpait parfois si raide qu’il fallait se tenir les uns aux autres et surtout aux branches des arbres piquants! Je passe les détails sur l’état des pantalons à l’arrivée! Néanmoins, le panorama en valait vraiment la peine avec une vue à 360 degrés sur les pics karstiques environnants, vraiment fantastiques.
Je vous passe également la descente où Yulia et Louise ont magistralement glissées, mention spéciale pour Louise qui garde un éclatant sourire même lorsque la chute est inévitable! Ça c’est la classe!
Pour finir, nous irons à un charmant marché local dans le village à côté où nous verrons les traditionnels étals de fruits et légumes, épices, poissons, viandes, bric-à-brac, mais également l’arracheur de dent et la monstrueuse vendeuse de chiots (pour manger évidemment), honteusement si serrés dans leur cage que le moindre mouvement était impossible, je vous passe les complaintes…
Nous retournons à Yangshuo pour passer notre dernière soirée en compagnie de Pierre et Louise (nos chemins se séparent malheureusement ici et espérons grandement les retrouver Québec) et achetons notre billet de bus-couchette pour Shenzhen, cité située juste en face (côté Chinois) de Hong Kong.
« 1 de 4 »

Eurasie 2010 : Guillin

Encore deux pagodes à Guillin, décidément ils aiment ça! Nous sommes à l’entrée du parc des pics karstiques, entendez plutôt de méga pains de sucre! Enfin nous allons retrouver des décors que l’on a tous vu dans les films! Tout d’abord nous profiterons de la ville-même, sorte de Venise de l’Asie (Ils aiment tous comparer leurs villes aux références mondiales, Venise, Rome, Paris, etc) qui ressemble plus à Amsterdam avec ses jolies lac et canaux (et les rats qui vont avec, on les entend tous galoper dans les buissons le soir venu!) et du marché temporaire qui se tient chaque soir sur l’avenue principale. Guillin se vante honteusement (protectionnisme patriotique!) de posséder un équivalent de notre Etretat, nous ne pourrons correctement vérifier, les sites «naturels» sont le plus prohibitifs à visiter! En tout état de cause, la ville est sympathique avec ses restaurants présentant le menu dans des bassines (poissons, anguilles, tortues, crevettes, crabes, langoustes, escargots, rats de rizières, poules, canards, etc…) et on vous le tue quelques fois directement sur le trottoir.
Le lendemain, après une correspondance et 3heures de bus, nous voici aux rizières de la colonne vertébrale du dragon au nord de Guillin. Ces rizières, paraît-il, impressionnantes chapeautent à plus de 1000 mètres d’altitude la montagne, donc temps nuageux souvent de mise. Évidemment avec le bol que l’on a, on est encore en train de grimper avec le bus que nous sommes déjà dans une véritable purée de pois! On ne perd pas espoir, on grimpe à pied sans voir à 10metres jusqu’au point d’observation, cool on ne voit absolument rien!!
Le temps de ranger nos imperméables et comme par magie, le nuage se retire pour offrir à notre vue les premières rizières! Parlons à ce propos que les plus jolies rizières et donc les plus touristiques, sont menacées de disparition pour la simple et bonne raison qu’il est plus facile et bien plus lucratif de vendre des babioles aux touristes que d’entretenir une rizière! Ici on essaye même de récupérer de l’argent lorsque l’on demande simplement son chemin. L’apport touristique est une manne au niveau financier mais bien souvent un désastre écologique et bouleverse les modes de vies des locaux en les incitant à délaisser leur travail original (bien souvent hérité de ses ancêtres) et surtout leur nature pour un caractère quelques fois malhonnête et bien plus mercantile.
Nous passons un merveilleux moment à explorer les chemins (vides de tout touriste encore une fois lorsque l’on s’éloigne un peu des panneaux!) au milieu des rizières, les points de vues sont inoubliables et j’ai encore rechuté dans ma boulimie de panoramiques, désolé!
Sur le chemin du retour (infernal les 2 correspondances et les 6heures de bus aller+retour!) nous rencontrerons Claudia, une Autrichienne vivant à Singapour depuis 8ans avec laquelle nous causerons de tout et de rien, un peu en Russe (évidemment j’étais largué!) et surtout en Anglais!
Demain, direction le paysage des billets de 20 Yuans, Yangshuo situé à seulement 1h30 de bus plus à l’est.
« 1 de 2 »

Eurasie 2010 : Kunming

Le Yunnan, région mythique où, paraît-il, dans les années qui ont suivi l’ouverture du pays au tourisme, des tonnes de voyageurs s’y sont précipités pour y découvrir les multiples ethnies locales. Il est vrai que toute l’Asie s’est curieusement retranchée ici un jour ou l’autre de son histoire. Vous trouverez donc des descendants de Thaïs, cambodgiens, laotiens et vietnamiens dans des paysages de rizières et de jungle accrochée à la montagne. On comprend mieux pourquoi tant d’anthropologues s’y sont jetés!
En ce qui nous concerne, nous ne sommes pas fascinés par l’anthropologie et resteront sur les sentiers battus du tourisme! Après encore une nuit passée dans le train, nous arrivons à Kunming où la température ne cesse d’augmenter, nous apprenons que cela fait plus de 9 mois qu’il n’est pas tombé une goutte de pluie, on comprend mieux pourquoi le paysage est passé sensiblement du vert au jaune. Des voyageurs croisés là-bas et revenant du Laos via les rizières du sud nous ont indiqué que les fosses des rizières sont sèches, espéreront qu’il pleuve! Nous arrivons à notre auberge de jeunesse fort bien placée au centre et constatons que nous sommes descendus encore plus au sud en observant les locaux. Nous sommes passés de l’excité au type «2 de tension»! (Dans notre auberge en tout cas) ils planent complètement, il leur arrive même à vous oublier 5 minutes après avoir parlé avec vous!
Les activités autours de Kunming sont limitées si on ne tente pas une incursion ethnique vers le sud, mais des rizières sèches, bof bof! Le temple sur les hauteurs de la ville est très mignon mais ne présente que finalement peu d’intérêt. Nous nous baladons plutôt dans la ville aux deux pagodes se faisant face. Oui! Une idée, cela fait près d’1,5 mois que l’on se tue à répondre toujours à la même première question, d’où venez-vous? Pour Yulia, elle dit Moscow, pas de soucis, ils comprennent tout de suite en évoquant une amitié (communiste) très forte entre les deux pays. Pour mois c’est une autre histoire, France (qui se dit d’ailleurs «Fagoda») et Paris ne fonctionne pas malgré les innombrables références à notre patrie dans ce pays si friand de notre culture. Seule référence mondiale infaillible, Chirac, Sarkozy mais surtout surtout Zidane! Nous décidons donc, au lieu de toujours griffonner à l’arrière d’un ticket ou sur un bout de papier déchiré d’un coin de brochure touristique, de faire des cartes de visites (Vous trouverez la copie dans la partie du site «Contacts» puis «Nous contacter par téléphone ou courrier postal» puis tout en bas de la page.). L’avantage avec la Chine, c’est que les commerçants se regroupent par activité! Difficile de trouver un imprimeur de carte de visite sauf si vous tombez sur le bon quartier, où vous n’aurez que l’embarras du choix!
La seule sortie réellement intéressante concerne l’ultra-touristique forêt de pierres située à 1h30 au sud-est de Kunming. Ne me demandez surtout pas le pourquoi du comment de ses curieuses formations, je sais simplement que c’est le résultat d’une forte érosion due à la pluie et le vent sur des roches de différente résistance. Les explications sur le site et sur le Lonely Planet sont bien évidemment dans un Anglais TRES scientifique!! En tout état de cause ne vous faites pas décourager par les hordes de touristes Chinois qui sont TRES pénibles, il se contentent de peu et on les emmène au pas de course que dans l’essentiel. Le reste du parc qui n’est qu’un impressionnant labyrinthe de dédales entre les fosses, et le plus souvent vide de toute personne! Réellement joli et impressionnant travail de mère nature. Sur le chemin du retour, nous croiserons des voyageurs revenant du Laos et un policier type Robocop!
Déjà le moment de reprendre le train pour rallier (encore une nuit!) Kunming à Guillin, plus à l’est qui sera notre avant dernière étape avant notre sortie de la Chine et Hong Kong!
« 1 de 4 »