Eurasie 2010 : Everest 8850m

Après avoir eu le temps de faire une grasse matinée bien méritée à Shigatsé, nous nous mettons en route doucement vers Shegar (New Tingri), ville far west crée pour servir de seule base nocturne aux touristes avant de se rendre au camp de base de l’Everest.
Nous nous rapprochons irrémédiablement de l’Himalaya (contrairement à ce que je croyais, l’Himalaya n’est que la chaîne des hauts sommets, résultats du passage de la plaque continentale Indienne sous la plaque Asiatique. Le haut plateau Tibétain est le nom pour le reste du pays). Le paysage reste sensiblement identique, très peu de neige ne trahit des sommets plus hauts que 6000m.
Le voyage est splendide au milieu de la vallée Tibétaine, véritable grenier à orge du pays, on sait pourquoi le tsampa est le met national et principal. Les champs se faufilent joliment entre les montagnes alternant entre le vert et le jaune, battus par le vent. Les cols nuageux ne laissent toujours pas apparaître ces géants de la nature, mais où sont-ils?!!!
Nous continuons la route, Yulia essayant toujours de faire la photo du siècle sur le mode de vie Tibétaine, ouvrant la vitre 4 fois par minutes, l’appareil de travers tenu par une main et mode spécial «photo mal cadrée dans voiture rapide et route défoncée» en sortant un gros Ouaahhh ! Quoiqu’il en soit, 5 minutes avant d’arriver à Shegar, nous avons vu au loin un long mur blanc immaculé, c’était sûrement Eux en plein soleil, j’espère avoir le même temps demain!
Arrivé sur Shegar, même cinéma du PSB qu’ à Tsetang, les prix des chambres sont régulés et le moindre taudis coûte entre 120 et 220RMB, une fortune que le groupe d’une seule voix refuse de payer en démontrant la colère et le ras-le-bol du pigeon voyageur. Nous allons essayer un autre hôtel qui s’avérera plus cher que le précèdent (280RMB!) mais obtiendrons, grâce à Tong (l’Hollandais d’origine Chinoise) un dortoir à 40RMB par lit en chambre de 3, largement suffisant. Sur ce coup-là et malgré l’efficacité exemplaire de Khamsang, la guide ne semble pas nous aider et approuver ce genre de logement car sûrement, à l’identique des restaurants, elle et le chauffeur mangent et dorment «à l’oeil» grâce à nous!
Nous faisons quelques emplettes dans ce minuscule village construit sur chaque bord de la route où il semble, au soleil couchant, que l’on se trouve dans une scène d’un film far-West. Nous allons un peu plus loin pour admirer le coucher de soleil et voyons sur notre droite un vieux paysan promenant ses chèvres à environ 200m. On le voit qui nous regarde souvent, il tourne en rond, s’avance par petits pas, l’air de rien, mais finit par emboîter la marche vers nous, par curiosité ou intérêt?! La mauvaise langue a gagné, à peine se trouve-t-il à notre portée qu’il tend la main accompagnée d’un sourire limite focul! Quel dommage que l’on rencontre parfois cette mentalité que nous ne cautionnons pas, il fera demi-tour avec nos trois dernières cacahuètes dans la main !!!!!
Le lendemain, grand jour, nous avons rendez-vous avec la plus haute montagne du globe, je peux vous garantir que ça excite! Nous avons acheté les billets la veille (180Rmb par personne + 180Rmb du guide à se partager + 400Rmb à se partager pour la voiture = 505Rmb (environ 60€) pour deux, c’est très cher mais on s’en tire bien, grâce au nombre de personne du groupe), mais cela n’empêche pas les check points militaires de se multiplier! Nous en compteront 5 sur 4 heures de routes en montagne où ça contrôle passeport, visa, permis, certificats de guide⁄chauffeur, et tout le bazar. Franchement, cela devient pénible et ridicule, les Chinois craignent que l’on tague sur l’Everest «Free Tibet!» ou quoi? Plus sérieusement, nous nous rapprochons du Népal et les contrôles concernent surtout les Tibétains qu’il faut à tout prix retenir et écraser dans ce nouveau Tibet où précarité (santé, éducation, travail), oppression militaire et culturelle les attendent.
Le tracé de la route est récent mais le goudron attendra, les lacets se succèdent inlassablement (je n’ai jamais vu autant de virages!) en croisant un bus de touristes Chinois accidenté; chauffeur, molo stp!
Nous arrivons au col de Pang-La situé à 5200m où on devrait jouir d’une vue magnifique sur 3 des 8 plus hauts sommets du monde, à savoir l’Everest (8850m), le Lhotse (8516m) et le Makalu (8463m). Khamsang se retourne en nous disant «So sorry!», effectivement comme on le craignait, on ne voit absolument rien, c’est trop nuageux…
« 1 de 4 »
Vous ne pouvez imaginer comment c’est frustrant de comparer la photo sur le ticket et celle qui s’offre devant nous, on imagine tant que l’on croit voir un sommet dans un nuage quelconque. Espérons que la poisse ne nous poursuive pas trop.
Après tant d’efforts pour grimper, on redescend dans la vallée où les scènes de vie Tibétaine recommencent à être magnifiques. Nous croisons nombre de villages aux si jolis champs entrecoupés de paysans sur charrette à âne et ruines imposantes. Que de ruines croisées, c’est bizarre, les murs sont épais et hauts, le guide ne dit rien à ce sujet, je mettrais ma main à couper qu’il s’agit d’ancien monastère brûlé à la révolution culturelle. Pour faire une parenthèse rapide sur l’invasion Chinoise qui opposa 8500 Tibétains aux 80 000 soldats Chinois, rappelons que malgré les appels répétés du Dalaï Lama aux Nations Unis, seul le Salvador réagit !! Encore de nos jours, mis à part les militants, le génocide Tibétain (plus d’un million de personnes) n’émeut personne depuis plus de 50 ans. Elle est belle, la politique de nos pays où l’on critique dans nos journaux à demi-mot la Chine d’un côté, et qu’on débarque après, accompagné de 30 chefs d’entreprise de l’autre. La Chine nous tient bien économiquement et nos hommes politiques, toujours aussi faux, ne veulent surtout rien changer contrairement à ce qu’ils disent. Les intérêts économiques passent bien avant les idéaux de la patrie des droits de l’homme, elle est belle, la France! Cela fait mal de se dire que nous soutenons activement cette dictature, hein !!!
On recommence à grimper et on ne voit toujours rien jusqu’au moment où l’on passe le monastère le plus haut du monde (je ne me suis jamais autant désintéressé d’un monastère Tibétain!) et apercevons le monstre! Vu de 5000m d’altitude, il n’est pas plus grand que le Mont Blanc, mais il en jette quand on imagine 9Km de haut, c’est l’altitude de croisière d’un avion de ligne!!!
Honnêtement, du peu que l’on a vu, cette montagne n’est pas la plus esthétiquement jolie (on dirait une patate ramassée!) mais cela fait vraiment quelque chose d’être à son pied! Nous avons eu juste le temps d’apercevoir tantôt sa base, tantôt son sommet, on peine à imaginer le collage!! Un nuage nous a volé la vue le temps que l’on atteigne de camp de tente, lieu de notre hébergement! Nous logerons à l’hôtel de California (!) composé d’une armature de simple tonnelle et recouvert d’une toile transparente par endroit totalement pas isolée! Cela caille dur lorsque le soleil n’est pas au rendez-vous!
A partir de cet instant, nous passerons 24h à attendre en déprimant que le sommet soit visible en patientant tant bien que mal sous ce froid étonnamment intense, réfugiés sous 4 couettes puant le fennec! Chaque soir, une personne du gouvernement passe dans chaque tente pour récupérer la modique taxe de 20Rmb sur chaque lit occupé, sachant que le prix du lit est à 40Rmb, cette taxe s’élève à 50%, c’est honteux de racketter de la sorte ces adorables gens qui vivent honnêtement de ce tourisme. Après ce laps de temps et plusieurs tentatives échouées, nous décidons finalement de prendre le bus pour rejoindre «le camp de base», quelle arnaque !!!!
Tout d’abord, pour arriver au «camp de base», il faut passer le check-point qui vérifie absolument tout et vous donne seulement l’autorisation de grimper sur la butte de terre située juste derrière… D’ici la vue est quasiment identique au camp de tentes et un joli panneau indique le véritable camp de base à 88Km !!!!! Nous attendrons 2 heures sous quelques trous de ciel bleu et un soleil de plomb (ça change!) mais les nuages restent irrémédiablement accrochés au géant. Nous ne verrons que ces pieds, quelle déception!
En attendant, Khamsang nous dit de siffler pour réveiller le vent et donc chasser les nuages, ça marche pas son truc! Khamsang, repliée dans son coin, érige 3 stupas en cailloux en direction du Népal situé juste derrière cette montagne, l’un pour son mari, l’un pour son fils et l’autre pour l’avenir de sa famille. De fil en aiguille, Khamsang m’apprend que les Tibétains n’ont absolument pas le droit de posséder un passeport lui permettant de voyager comme nombre de Chinois, que malgré sa situation privilégiée à Lhassa de guide touristique depuis 7 ans, l’état de son pays l’écoeure. Sans autre solution, elle me dit à demi-mot que la seule solution d’un avenir radieux pour son fils serait de passer en Inde clandestinement à travers les montagnes enneigées hivernales en risquant sa vie, outre les militaires Chinois n’hésitant pas à tirer à vue sans sommation. A cela, elle s’effondre très discrètement en larmes…
Nous repartons, désespérés, direction la frontière Népalaise, l’idée même d’imaginer que nous serons demain à Kathmandou, au bout du monde, nous requinque!
Devant la qualité franchement pourrie et le prix des logements à Old Tingri, nous continuions notre route vers Nyalam à 30Km de la frontière. A ce propos, les propriétaires Tibétains ont tendance à exagérer avec leurs taudis, l’entretien est souvent inexistant pour un ensemble déjà pas terrible qui ne les empêche pas d’être trop gourmands. Cela fiche en rogne, autant de bêtises alors que les Chinois ont tout compris sur ce point!
La route est magnifique, sans nul doute la plus belle de tout le trajet. Nous avons la chance d’apercevoir la chaîne Himalayenne à chaque col traversé. S’en rapprocher est magique, c’est réellement un énorme mur qui s’étend tout au long, rien à voir avec d’autres massifs où les sommets sont disposés en pâté. A Nyalam nous attendent une vraie douche chaude ainsi que les premiers Indiens organisés en immense convois revenant du mont Kailash de l’ouest, considéré comme résidence de Shiva et donc lieu de pèlerinage obligatoire.
Le lendemain, direction la frontière à 8h du matin; il faut y aller le plus rapidement possible pour ne pas trop patienter avec tous ces Hindous! La route est superbe, les sommets dégagés, incroyable de voir avec quelle dextérité la voie traverse l’Himalaya. Nous passons du haut plateau Tibétain à 4000m d’altitude de moyenne au Népal situé à 1300m de moyenne, les paysages changent radicalement, le vert tropical reprend ses droits, les immenses cascades rythment le paysage, le torrent en contrebat est déchaîné. Nous arrivons à la frontière symbolisée par le «pont de l’amitié» enjambant le torrent-frontière. De l’autre côté, il est 2h15 de moins, ça se réveille doucement tandis que nous sommes déjà chauds-bouillants en attendant l’ouverture des portes.
Khamsang doit nous accompagner jusqu’au Népal à travers tous les contrôles, il semble impossible de sortir sans son permis et guide. Tout est vérifié une fois de plus et pour la première fois depuis notre départ, on fouille systématiquement à une sortie de territoire! Bien évidemment, tout le monde a planqué son Lonely Planet au fond de son sac, voire derrière son dos pour éviter de se le faire confisquer (livre interdit en Chine car critiquant le gouvernement et à la préface rédigée par le Dalaï-Lama lui-même.). Je ne crains rien: mon sac est si bien rangé et mon bouquin si profondément enfoui que même si je voulais le sortir moi-même il faudrait tout défaire! On défait tous les cadenas et le jeune officier enfonce son bras dans mon sac jusqu’à l’épaule, merde alors!!! Il attrape un sac et le sort avec une simplicité déconcertante! La couverture du Lonely Planet «Tibet» transparaît du sac plastique, il le voit (ou alors il est aveugle!), le retourne dans tous les sens, lentement, et le refourre au fond du sac avec la même facilitée improbable! Cela passe sans soucis, bon ben ok c’est encore un contrôle d’opérette, sans doute établie pour réguler la file d’attente aux passeports…
Nous disons au revoir à Nadine et Khamsang en lui filant une enveloppe garnie à laquelle elle ne dira pas un mot (?!) et passerons cette fameuse ligne rouge sur le pont symbolisant le passage de la dictature à la liberté! Bienvenue au Népal!
Pour synthétiser notre, ou plutôt ma pensée, il faut admettre que j’ai largement changé ma vision du conflit Sino-Tibétain durant ce voyage. Peut-être que 3 mois en Chine ont pollué mon esprit mais je pense avoir assez largement critiqué chacun d’eux! Soyons honnête, en tant qu’occidental, nous sommes de base pro-cause-Tibétaine de culture. Comme je le disais précédemment, aucun n’est blanc ou noir, les Chinois sont tout bonnement bien plus gris que les Tibétains. En cela, je ne regrette pas vraiment l’ancien fonctionnement du régime Tibétain car il est très similaire à nos monarchies de droit divin que nous avons tous combattues lors de nos révolutions pour une vie meilleure. Dans l’ensemble, chaque pays ayant aboli leur monarchie y ont incontestablement gagné en liberté et qualité de vie. J’ai été franchement choqué par l’écart entre la richesse extrême du «gratin» gouvernemental et l’ensemble du peuple. Il n’est vraiment pas compliqué pour les Chinois d’amplifier ces soucis aux fins de propagande même si ils le font d’une façon assez stupide et brutale. Imaginez un pays complètement replié sur lui-même où les habitants sont totalement illettrés (d’ou certaines croyances stupéfiantes), d’une grande pauvreté et à la ferveur sans faille. Les monastères, où seuls 30% arrivaient au bout de leur étude monastique (la plus grande partie faisait fonctionner cette gigantesque machine via diverses tâches tandis que les moins éduqués étaient guerriers), se livraient à de féroces batailles territoriales pour s’enrichir et gagner en importance sur les différentes routes entre l’Inde et le nord du continent (Chine, Mongolie, Moyen Orient et j’en passe), ce n’est pas par hasard que les principaux lieux saints se trouvent sur cet axe.
J’attends d’arriver à Dharamsala pour finaliser ma vision des choses mais je pense sincèrement que ce système était loin d’être idéal et qu’une nouvelle ère, uniquement spirituelle attend les Tibétains de la même manière que notre séparation entre église et état.
Il n’est pas pur de diriger un état en étant moine, chacun son rôle…
Malgré tout, vive l’indépendance, je reste pro-Tibétain à la vue de ce génocide inavoué et cautionné par le monde entier pour de banales raisons économiques.
Malgré toutes les règles élémentaires, l’humain n’est que secondaire dans cette Chine qui fascine…

Visa Josselin (Français) : Visa CHINOIS de 30 Jours obtenu à l’ambassade de Phnom Penh au Cambodge contre 30USD , un formulaire, une photo, un faux billet d’avion et une fausse invitation!! A ne pas faire car j’ai eu très chaud, les conséquences peuvent etre lourdes (interdiction de territoire à vie) !
Visa Yulia (Russe) : Visa CHINOIS de 30 Jours obtenu à l’ambassade de Phnom Penh au Cambodge contre 30USD, un formulaire et une photo, tout le contraire de moi et de notre première demande!
Extension de 30 nouveaux jours demandés à Kunming contre 160RMB et une photo. ATTENTION, il est impossible de prolonger un visa au Tibet, les petits PSB font cette démarche dans la journée mais impossible de déposer la demande 7 jours avant la date d’expiration, les gros PSB n’ont pas cette limite mais demandent 1 semaine de traitement pendant laquelle vous ne pourrez voyager par avion.
N’espérez pas voyager au Tibet sans passer par une agence de A à Z qui s’occupera de tout pendant toute la durée du séjour, par ailleurs, à la sortie du Tibet, fouille et vérification du passeport⁄visa et surtout du permis vous attendent!
Dates : du 23⁄06⁄2010 au 28⁄07⁄2010 soit 36 jours au total dont 22 jours en Chine et 14 jours au Tibet (les dépenses tu Tibet sont traités comme un pays à part, FREE TIBET !!).
Dépenses :
Retraits : 234,31€ + 234,61€ + 234,61€ + 286,59€ + 115,29€ + 115,29€ = 1220,70€
On ajoute le prix du tour au Tibet afin de l’inclure dans la fiche pays du Tibet : 2 x 2805RMB soit 5610RMB à 8,5RMB⁄€ = 660€
Ainsi 1221€ + 660€ = 1881€
Cela est cher mais il faut penser que nous sommes en voyage organisé de A à Z, que nous avons ensuite changé près de 120€ de surplus au Népal et que nous avons fait quelques emplettes (un peu plus de 100€) chez Decathlon Chengdu avant de partir afin de s’équiper un minimum.
Pour un coût de la vie quasiment identique à Vienne en Autriche et voyager dans un des pays les plus pauvre de la planète, merci la Chine à qui profite ce tourisme extrêmement rentable!
Total au Tibet de 1881€ sur 14 jours soit 134,35€ ⁄ jour
Budget de 80€⁄jour soit un surplus de 761€
Cumul : 16630€ avec un budget à +3042€
Commentaire et note globale objective du pays : 3,5/5
tQue dire du Tibet actuel?! On ne peux à present y aller que controlé par une agence, c’est dire si nos rêves sont faussés par la douloureuse réalitée, celle d’un peuple séverement opressé par son voisin Chinois. Nous adorons la Chine mais voyager au Tibet, c’est comme subir tous les mauvais côtés du régime Chinois qui sont invisibles dans le reste du pays. Il est ainsi trés difficile de noter ce pays, sous occupation il ne mérite que 2 ou 3 sur 5 mais en lui meme il mérite 5 sur 5. Les paysage sont magnifiques bien qu’en dangers car depuis l’arrivée des Chinois, 50% des lacs ont disparus et 70% des patûrages sont devenues des déserts, c’est dire si ce pays taillé dans le roc est fragile et en danger. En ce qui concerne les monuments, rien ne sera plus comme avant, la fameuse impermanence de toute chose bouddhiste à fait ici son oeuvre la plus magistrale. Les Chinois ont sauvagement détruit à l’invasion, transformant les ruines des monastères en porcheries et restaurent timidement à présent car le tourisme est en plein essor et s’avere extrêmement rentable (pour les Chinois!). Pour la culture, je serais tenté d’exagérer par « passez votre chemin, il n’y a rien à voir » en ce qui concerne les monastères surcontrôlés, vidés de leurs derniers moines en 2008, le peu qui restent des véritables sont trop faibles ou vieux pour réagir, les autres sont des fonctionnaires, espions ou commercants. Les Chinois essayent meme d’imposer leur Panchen Lama « Chinois » bien « éduqué » selon les pensés du « parti », le vrai ayant été emprisonné avec sa famille dès sa nomination à l’âge de 5 ans, le plaquant comme plus jeune prisonnier politique du monde, on ne sait si il est encore en vie. Cet exemple résume à lui seul le respect des Chinois vis-à-vis des droits humains les plus élémentaires.
Il serait tout de même réducteur d’accuser tous les Chinois, mis à part leur ignorance et cupidité parfois, seuls quelques centaines de hauts placés seraient à blâmer, ceux qui tirent les ficelles… Les touristes Chinois qui composent l’immense majorité au Tibet adorent la culture Tibetaine, certains même sont de véritables mordus.
La grande star et victime n’est autre que les Tibétains eux memes, un grand nombre étant exilés ou emprisonnés, ceux qui restent subissent devant l’indifference internationale la plus complète depuis 50 ans avec une sérenité relative. Ce peuple est vraiment superbe et fascinant. Nombre de fois nous avions envie de pleurer, de colère ou de joie devant tant de beautée humaine.
Y aller ou pas? Nous ne savons pas, ce voyage restera inoubliable bien que taché par la présence Chinoise, Lhassa ressemble à Bagdad en guerre… Le Dalai Lama encourage le tourisme en son pays car il permet d’y constater assez précisement les dégats, en effet! Heureusement, la culture Tibetaine renaît au Nepal et en Inde auxquels il faut saluer leur accueil.
Pas facile tout ça!…
Comparatif du coût de la vie à ce niveau de parcours :
1 – Laos : 40€ ⁄ Jour
2 – Thaïlande : 54,46€ ⁄ Jour
3 – Cambodge : 56€ ⁄ Jour
4 – Mongolie : 59,20€ ⁄ Jour
5 – Vietnam : 59,6€ ⁄ Jour
6 – Ukraine : 61€ ⁄ Jour
7 – Chine : 61,3€ ⁄ Jour
8 – Pologne : 81,60€ ⁄ Jour
9 – Russie : 86,66€ ⁄ Jour
10 – Hongrie : 105,50€ ⁄ Jour
11 – Tibet : 134,35€ ⁄ Jour
12 – Autriche : 137,50€ ⁄ Jour
13 – République Tchèque : 142,50€ ⁄ Jour
Notes subjectives :
Intérêt des monuments : 4⁄5
Vie culturelle : 2⁄5
Beautée des paysages : 5⁄5
Performance des transports : 2⁄5
Ambiance : 0⁄5
Activités ou sorties diverses : 1⁄5
Rapport qualité-prix : 1⁄5
Facilités touristiques : 1⁄5
Contacts avec la population : 4⁄5
Sentiment de sécurité : 5⁄5
Beautée des femmes (selon Josselin!) : 5⁄5
Beauté des hommes (selon Yulia!) : 5⁄5
Total de 35⁄60

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *