Eurasie 2010 : Lac Namtso

Première véritable fois hors de Lhassa, on y trouve un van un peu petit pour 10 personnes mais ça roule, il y a plus de 4 heures de route pour parcourir les 250Km. Les check points sur la route prétextent un contrôle de vitesse pour savoir exactement qui est où et pourquoi. Un petit arrêt près d »un centre thermale géothermique aménagé à la Chinoise, c’est à dire extrêmement cher et sans aucun intérêt, nous passons notre tour. Le dernier col culmine à 5200m d’altitude et devrait laisser entrevoir une superbe vue sur le lac dans sa vallée, à la place c’est une épaisse purée de pois! Complètement découragés par le temps et le froid, nous n’avons même pas vu qu’en continuant, le lac crée au dessus de lui une sorte de micro-climat dégageant une vue lointaine, quelle surprise et cadeau!!!!
Le lac Namtso, s’étend sur plus de 70Km de long sur 30Km de large et se situe à 4718m d’altitude, ce qui le place comme l’un des plus hauts lacs salés du monde. Ses rives sont dominées par la chaîne des monts Tangula dont coule la source du Mékong pas très loin et culmine le Nyainqentanglha à 7162m.
Nous arrivons au camp d’été temporaire qui ressemble plus à un camp de réfugiés car le lac est inaccessible en hiver. On piétine d’envie de grimper le petit mont de la péninsule sans faire attention au mal d’altitude afin de savourer cette vue exquise du lac! La couleur de l’eau est en effet très spéciale, elle vire, en fonction des conditions, de l’azur des îles de Thaïlande au bleu-noir profond des abysses. Nous avons la chance de profiter d’un coin de ciel bleu tout en admirant les trombes d’eau qui se déversent au loin et se rapprochent pour nous atteindre juste à la fin de notre tournée! Le coucher de soleil fut comme le lever de soleil du lendemain matin à 6h (arg!), nuageux et froid car venteux! Le lac est surprenant car similaire au comportement d’une mer lorsque l’on ferme les yeux, il y a l’écume, le bruit du déferlement des vagues sur le récif mais lorsqu’on goûte l’eau, elle n’est curieusement pas salée, on pourrait la mettre directement dans une bouteille!
Bref, nous avons bien profité de cette perle de la nature avant de rejoindre Lhassa afin de changer pour un van (très légèrement!) plus grand et filer vers Tsetang, très ancienne citée royale.
« 1 de 5 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *