Eurasie 2010 : Hong Kong

Hong Kong… Qui ne connaît pas??? «Le port au parfum» resté colonie britannique jusqu’en 1997, date de sa cession à la Chine en l’échange de 50 années de totale liberté insolente pour le régime de Pékin. Hong Kong n’est Chinois que sur le carte géographique, ici pas de censure, le rythme de vie est purement britannique avec le zèle obligatoire de sa puissance financière sur l’Asie. La frontière est par ailleurs bien réelle, au niveau consulaire lorsque vous rentrez à Hong Kong vous n’êtes pas en Chine et vice versa, ne vous faites pas piéger par un visa Chinois simple entrée!
Concluons tout d’abord sur notre voyage en Chine, nous avons dit beaucoup de bien comme énormément de mal sur ce pays et ses habitants. Au final c’est un pays fantastique où il est très facile de voyager par la gentillesse de ses habitants et la qualité de ses infrastructures. Pas de soucis consulaires ou policiers contrairement à ce que l’on pense, nous sommes libres comme l’air! Le patrimoine culturel et naturel est saisissant. Une mention spéciale pour le peuple Chinois qui malgré quelques habitudes extrêmement pénibles, est très attachant et serviable, on s’y sent vraiment comme chez soi!
Le bus de Yangshuo d’ailleurs extrêmement mal organisé, nous dépose à la gare routière que l’on pense être la centrale de Shenzhen. Que nenni! Nous nous sommes regroupés instinctivement entre Européens paumés (les locaux ont dû rigolé!) et nous nous trouvons en réalité à 14 stations de bus de la frontière (on se disait aussi que c’était étrangement peu développé et vert dans le coin!)!! A partir de là, il suffit de suivre le panneau (irréaliste!) de «Hong Kong», c’est quand même généralement mal indiqué… Quelque fois on doute sérieusement de la fiabilité de ces indications car nous ne cessons de monter les étages d’un immeuble aux multiples boutiques, on se croirait dans un département store! Hong Kong est dans les nuages? Sûrement, un peu dans nos rêves avant de passer la passerelle enjambant un bras de mer qui symbolise la frontière avec son lot de caméras et de barbelés!
Les douaniers sont bel et bien là, aucun soucis particulier, nous avons d’office droit à 90jours pour moi et 14 pour Yulia!
Une fois passé la frontière, nous sommes loin du Hong Kong que nous imaginons! Les tours sont inexistantes et la verdure est omniprésente. Nous devons prendre le MTR, sorte de métro faisant également office de «RER»! Nous avons mis du temps à comprendre que le métro était le MTR, les plans sont tout de même un peu trop basiques! Le prix nous scotchent après 2 mois en Chine, bien que les transports soient très bon marchés pour une mégapole de ce rang.
Nous sortons avec nos gros sacs à dos du MTR en plein cœur de Hong Kong Island, le choc culturel est énorme! La similitude avec Londres est surprenante, les grandes tours de verre abritent d’innombrables bureaux sur lesquels les larges vitrines des boutiques de luxe ferment parfois leurs portes pour les caprices d’une célébrité. L’anglais est placé avant le Chinois qui reprend tout de même de plus en plus ses droits. Les routes à la signalisation jaune sont usitées par des bus à double étages et qui roulent à toute allure et…à gauche! Le bruit, les fortes lumières, les automobiles et les gens sont présents en masse. Le détroit est également très utilisé par les divers paquebot, cargos, vedettes, speedboats, mais surtout le fameux star ferry qui assure les liaisons entre les îles à prix dérisoire. Hong Kong aux 7 millions d’habitants ne se révèle en tant que ville gratte-ciel que lorsque l’on lève le menton (fatiguant à la longue!), sinon on se sent comme dans une grande ville de province avec ses petits quartiers où l’on retrouve assez aisément des gens précédemment croisés!
La particularité de Hong Kong par rapport aux autres villes gratte-ciel, c’est que le centre (Kowloon et Island) est partagé par un bras de mer créant sa célèbre baie, et donc qu’un mur formé de buildings la ferme de part et d’autres. Je pense que c’est donc plutôt la « façade » qui est connue, dans les deux sens du terme!
Nous avons l’extrême chance qu’Olivia et Gregory, récents expatriés Parisiens, nous accueillent les bras ouverts dans leur magnifique appartement du 28 étage (soit près de 100mètres de haut! Ça devrait te plaire, Pierre gentil caribou!!!!).
Nous débarquons chez eux avec nos gros sacs, mes chaussures qui sentent le cadavre fraîchement déterré et tout en sueur après 15 heures de voyage dans un bus où j’ai carrément dû me retrancher sous ma veste aà cause de la climatisation réglée à fond les ballons et qui souffle, par chance, juste au dessus de moi! Sacré portrait!
Après une bonne douche méritée, Olivia eu la riche idée de nous emmener en un restaurant Français! Inutile de vous dire que j’ai profité de l’un des meilleurs repas de toute ma vie après 4 mois de vadrouille!! Je vous dresse le tableau : Mauresque (Pastis avec un soupçon de sirop d’orgeat), servi bien frais, véritable steak-frites et surtout, surtout, surtout LE plateau de fromage avec du bon pain frais et croustillant, un moment ma-gis-trallllll! Pensez qu’il y avait même du comté, fromage des dieux, j’étais comblé et ça me fait tourner la tête rien que de l’écrire! Encore un grand merci de nous avoir fait rêver avec nos si chers produits Français! Par ailleurs, il est incontestable que le meilleur endroit du monde pour manger avec goût demeure la France et que plus on s’y éloigne, plus elle nous manque…..!!
Une petite parenthèse (encore que dira Yulia en corrigeant! Je me croirais retourné à l’école avec la maîtresse qui corrige mes devoirs!) pour dire que l’on trouve une multitude de restaurants différents en Hong Kong et que (héritage Anglais??) l’on aperçoit dans le supermarché des trucs encore plus chimiques que par chez nous! La gestion de l’eau semble un réel problème (nous y arriverons aussi un jour ou l’autre) oà la grande majorité des bouteilles proposent de la « drinking water », comprenez une eau osmosée (déminéralisée comme pour nos fers à vapeur) et soumis aux UV, quelque fois minéralisée pour lui donner un petit goût…
On finit par se décrocher du restaurant et se séparer pour faire un peu les touristes (On est un peu venu pour ca!).En ce qui me concerne, le ventre bien rempli et les dernières saveurs accrochées à ma bouche (ou plutôt mon haleine envahie par le fromage!!), je reste toute l’après midi dans le gaz avec l’envie irrésistible de faire une bonne sieste!!
On se motive, on prend le star ferry pour rejoindre Kowloon et visiter le quartier. Les Pakistanais nous rappellent bien que nous avons la bonne tête de touriste en essayant de nous vendre montres ou autres bijoux! Le temps est couvert mais donne un effet irréel avec ces tours qui relient le ciel à la terre. Les tours IFC 1 et 2 (où Grégory travaille) sont impressionnantes par leurs dimensions (près de 500 mètres de haut pour près de 110 étages), bien que modestes en comparaison de la plus grande tour du monde à Dubaï d’environ 800 mètres de haut! Mais ça nous suffit! Le centre reste le quartier des affaires et la périphérie est résidentielle. Il est vrai que les immeubles principaux sont jolis malgré les innombrables publicités qui pullulent sur leurs toits. La grande majorité des autres immeubles semblent ne pas avoir été conçu sur un critère de beauté. Hong Kong n’est sûrement pas la plus belle mais certainement la plus « verticale ».
Le soir venu nous profitons du plus grand son et lumière au monde sur les buildings de l’île, rien de bien extraordinaire mais sympathique sortie.
Mais que font tous ces Asiatiques au milieu de Londres? Ls similitude est surprenante, la griffe Britannique est incontestable, notamment avec le quartier des pubs de Soho où musique forte, Anglophone bruyant (Euphémisme!!!), tonneaux de bière et écrans plats géants retransmettant les matchs de foot sont de rigueur! Nous y retrouvons Olivia et Grégory pour boire un verre de vodka dans le congélateur géant du bistrot Russe sur le son des musiciens Russes à proximité.
Nous nous rendrons sur la calme île de Lantau afin de rejoindre le plus grand bouddha en bronze du monde (36 Mètres de haut). Nous prenons le star ferry puis un bus où j’ai failli hurler contre un chauffeur qui me disait de mettre 44 au lieu de 54 Dollards! Il faut dire qu’il est complètement imbécile d’imposer la préparation du compte exact de somme comme 22,80 Dollars, même si je me suis rendu compte que l’imbécile c’était moi qui n’avait pas opté pour l’octopus (carte de paiement pour tout les transports de Hong Kong) pourtant intégralement remboursable lorsque l’on quitte le territoire! Parlons également des billets de banque ou le système financier est très particulier. Je ne saurais vous expliquer comment le système bancaire fonctionne mais les billets de banque n’en sont simplement pas, en tout cas pas comme ceux que nous connaissons! En effet, les billets sont des « bons » correspondant à la valeur faciale uniquement valable chez la banque émettrice. Ainsi vous trouverez des billets de 10 dollars tous différents les uns des autres issus d’autant de banques différentes implantées à Hong Kong! Le billet de 10 est d’ailleurs comme un collector car il est plastifié, ça surprend!
Le grand bouddha pour en revenir à lui est donc admirable (bien que très récent, datant des année 90) et jouit d’une situation exceptionnelle sur une île ayant échappé au développement immobilier frénétique (mis à part l’aéroport). En prenant le téléphérique qui nous redescendait, nous aurions beaucoup de fois souhaité descendre de la cabine pour profiter du coucher de soleil! Une cabine de téléphérique d’ailleurs « luxe » et donc plus chère car on voyait le paysage sous nos pieds à travers une vitre de plexiglas. Entre nous, on s’en fichait un peu, on a payé plus cher simplement pour éviter les 2 heures de queues pour la cabine des pauvres!
Pour clore notre tour de Hong Kong, nous voulions prendre de la hauteur, mais tous les étages panoramiques des tours étaient fermés à cause du grand week-end actuel. Nous nous rendons donc à Victoria Peak, le point le plus haut de l’île et la vue la plus connue de Hong Kong. Nous avions essayé de voir le panorama de nuit la veille mais, une véritable purée de pois, on ne voyait même pas la lumière de l’autre bout de la terrasse! Cela n’empêche pas le commerce qui propose de vous prendre en photo sur un écran bleu et de placer informatiquement derrière vous une magnifique prise de vue pour faire croire que vous y étiez au meilleur moment de l’année! Nous avons de la chance, la vue est assez dégagé pour en profiter à fond, l’endroit est même plaisant pour y rester un petit moment et manger, c’est d’ailleurs ici que j’ai mangé les meilleures lasagnes de ma vie!
Le tramways, historique car pionnier en Asie, défie incroyablement le dénivelé et nous propulse du pied de la China Bank Tower au point d’observation en quelques minutes. Il est d’ailleurs amusant de voir sur la photo que tout est interdit à Hong Kong, ce qui n’est pas plus mal. Ainsi fumer en certains endroits comme l’allée des stars, même à l’extérieur est totalement prohibé et puni de 5000$ HK, manger ou boire (faut pas avoir soif!) dans un lieu clos est puni de 1000$ HK, etc… Le plus amusant c’est que ça dérive légèrement en déterminant un prix pour tout, ainsi défoncer la barrière du parking à proximité de la China Bank Tower est puni de 10 000$ HK, à bon entendeur…
En redescendant, nous nous demandons ce que font ces centaines de femmes originaires des Philippines et qui se regroupent assises sur des cartons à même le sol dans la rue pour y manger, discuter, masser ou jouer. Il s’avère que ce sont des « gouvernantes » ou « maid » pourrait-on dire aux services de plus ou moins riches propriétaires et qui profitent de ces petites vacances pour sortir un peu. Leur situation est, paraît-il, précaire, salaire de misère et logement dans le placard de la maison du propriétaire pour nourrir leur famille resté au pays. Tout ceci est pourtant bien légal. Le libéralisme a ses limites tout de même…
« 1 de 3 »
Visa Josselin (Français) : Visa demandé à Oulan Bator en Mongolie pour une durée de 60jours. Papiers nécessaires : 1 photo d’identité, 1 billet de retour ou de continuation. Coût : 30$US
Visa Yulia (Russe) : Visa demandé à Oulan Bator en Mongolie pour une durée de 60 jours. Papiers nécessaires : 1 photo d’identité, 1 billet de retour ou de continuation, le titre de séjour Français et ENORMEMENT de chance (Visa impossible à obtenir en Mongolie normalement, coût : 30$US
Dates : du 09⁄02⁄2010 au 07⁄04⁄2010 soit 58 jours.
Dépenses :
Retraits : 107,51€ + 107,04€ + 214,82€ + 214,88€ + 217,57€ + 217,57€ + 216,54€ + 324,86€ + 217,30€ + 215,43€ + 324,74€ + 267,69€ + 272,12€ + 219,95€ + 218,10€ + 95,45€ + 96,53€
Paiement : Billet d’avion Air Asia Hong Kong -> Phuket : 231,86€
Total de 3776€ soit 65,10€ ⁄ jour
Budget de 80€⁄jour soit une économie de 864€
Cumul : 9320€ avec un budget à +1071€
Notes :
Intérêt des monuments : 5⁄5
Vie culturelle : 5⁄5
Beautée des paysages : 5⁄5
Performance des transports : 5⁄5
Ambiance : 4⁄5
Activités ou sorties diverses : 4⁄5
Rapport qualité-prix : 4⁄5
Facilités touristiques : 5⁄5
Contacts avec la population : 5⁄5
Sentiment de sécurité : 5⁄5
Beautée des femmes (selon Josselin!) : 3⁄5
Beauté des hommes (selon Yulia!) : 2⁄5
Total de 52⁄60

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *