Eurasie 2010 : Kunming

Le Yunnan, région mythique où, paraît-il, dans les années qui ont suivi l’ouverture du pays au tourisme, des tonnes de voyageurs s’y sont précipités pour y découvrir les multiples ethnies locales. Il est vrai que toute l’Asie s’est curieusement retranchée ici un jour ou l’autre de son histoire. Vous trouverez donc des descendants de Thaïs, cambodgiens, laotiens et vietnamiens dans des paysages de rizières et de jungle accrochée à la montagne. On comprend mieux pourquoi tant d’anthropologues s’y sont jetés!
En ce qui nous concerne, nous ne sommes pas fascinés par l’anthropologie et resteront sur les sentiers battus du tourisme! Après encore une nuit passée dans le train, nous arrivons à Kunming où la température ne cesse d’augmenter, nous apprenons que cela fait plus de 9 mois qu’il n’est pas tombé une goutte de pluie, on comprend mieux pourquoi le paysage est passé sensiblement du vert au jaune. Des voyageurs croisés là-bas et revenant du Laos via les rizières du sud nous ont indiqué que les fosses des rizières sont sèches, espéreront qu’il pleuve! Nous arrivons à notre auberge de jeunesse fort bien placée au centre et constatons que nous sommes descendus encore plus au sud en observant les locaux. Nous sommes passés de l’excité au type «2 de tension»! (Dans notre auberge en tout cas) ils planent complètement, il leur arrive même à vous oublier 5 minutes après avoir parlé avec vous!
Les activités autours de Kunming sont limitées si on ne tente pas une incursion ethnique vers le sud, mais des rizières sèches, bof bof! Le temple sur les hauteurs de la ville est très mignon mais ne présente que finalement peu d’intérêt. Nous nous baladons plutôt dans la ville aux deux pagodes se faisant face. Oui! Une idée, cela fait près d’1,5 mois que l’on se tue à répondre toujours à la même première question, d’où venez-vous? Pour Yulia, elle dit Moscow, pas de soucis, ils comprennent tout de suite en évoquant une amitié (communiste) très forte entre les deux pays. Pour mois c’est une autre histoire, France (qui se dit d’ailleurs «Fagoda») et Paris ne fonctionne pas malgré les innombrables références à notre patrie dans ce pays si friand de notre culture. Seule référence mondiale infaillible, Chirac, Sarkozy mais surtout surtout Zidane! Nous décidons donc, au lieu de toujours griffonner à l’arrière d’un ticket ou sur un bout de papier déchiré d’un coin de brochure touristique, de faire des cartes de visites (Vous trouverez la copie dans la partie du site «Contacts» puis «Nous contacter par téléphone ou courrier postal» puis tout en bas de la page.). L’avantage avec la Chine, c’est que les commerçants se regroupent par activité! Difficile de trouver un imprimeur de carte de visite sauf si vous tombez sur le bon quartier, où vous n’aurez que l’embarras du choix!
La seule sortie réellement intéressante concerne l’ultra-touristique forêt de pierres située à 1h30 au sud-est de Kunming. Ne me demandez surtout pas le pourquoi du comment de ses curieuses formations, je sais simplement que c’est le résultat d’une forte érosion due à la pluie et le vent sur des roches de différente résistance. Les explications sur le site et sur le Lonely Planet sont bien évidemment dans un Anglais TRES scientifique!! En tout état de cause ne vous faites pas décourager par les hordes de touristes Chinois qui sont TRES pénibles, il se contentent de peu et on les emmène au pas de course que dans l’essentiel. Le reste du parc qui n’est qu’un impressionnant labyrinthe de dédales entre les fosses, et le plus souvent vide de toute personne! Réellement joli et impressionnant travail de mère nature. Sur le chemin du retour, nous croiserons des voyageurs revenant du Laos et un policier type Robocop!
Déjà le moment de reprendre le train pour rallier (encore une nuit!) Kunming à Guillin, plus à l’est qui sera notre avant dernière étape avant notre sortie de la Chine et Hong Kong!
« 1 de 4 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *