Eurasie 2010 : Xian

Nous arrivons donc vers 10heures en la mythique ville de Xi’an, ancienne capitale de la Chine ceinturée par une imposante muraille de 14Km de circonférence! Même corvée, les SDF que nous sommes (Sud De France voyons!) se mettent à la recherche d’un hostel, nous atterrissons au Shuyuan dont l’accueil est déplorable (On se fiche de moi lorsque je dis que sur Internet c’est 80Yuan alors qu’elle m’imposent 160! Obligé de prouver mes dires avec l’ordinateur mais cet hostel applique strictement des prix avantageux sur Internet alors qu’ils se mangent des commissions, stupide!). Nous changeons pour l’hostel juste derrière nommée Xangzhimmen qui est une usine mais les prix sont raisonnables et les décors vraiment sympathiques. Cela n’empêche que nous y sommes restés qu’une seule nuit pour revenir (pour économiser à fond, têtu d’âne batté que je suis!) à ce fichu Hostel Shuyuan qui nous a pourri les 3nuits qui ont suivis (eau chaude limitée, chambre froides (5couettes!) car ils ne veulent pas faire fonctionner la climatisation par économie et staff déplorable pour un hostel à la décoration plus que basique, merci Lonely qui quelque fois semble privilégier le copinage…) pour revenir a Xangzhimen!!!!! Première fois que je réservais un hostel via Hostelworld (qui se gave de 2$US à chaque transaction) car Pierre et Louise ont de très bons prix de cette façon, mais nous avons la liberté de changer quand nous souhaitons, ce qui aurait été le bienvenue cette fois-ci, au lieu d’être bloqué par une réservation de 3jours!
Bref nous nous empressons, une fois nos sacs posés, de nous rendre à la fameuse armée de terre cuite veillant depuis plus de 2000ans sur le tombeau de l’empereur Qin situe apparemment à quelques centaines de mètres plus loin. Tout d’abord, commençons par l’histoire qui deplaît :
Armée en terre cuite de l’empereur Qin de Xian : Merveille du monde ou gigantesque supercherie?
Synthèse d’un article:
Le doute existe depuis la découverte du site en 1974. Guy Debord par exemple considérait déjà l’Armée d’outre-tombe comme une imposture manifeste. Les arguments avancés par les spécialistes n’ont pas varié et ont encore récemment été résumés par le sinologue Terence Billeter. Selon lui, les faits qui ont contribué à alimenter le doute sont de plusieurs ordres :
– « Premièrement, le fait que cette découverte archéologique concernant l’armée de Qin Shihuang ait eu lieu précisément au moment où Mao Zedong se comparait à ce despote est une coïncidence bien extraordinaire.
– Deuxièmement, on ne trouve pas mention de cette armée dans la description pourtant détaillée que Sima Qian fait de la tombe de Qin Shihuang. Or la réalisation de cette armée a dû nécessiter des moyens tels qu’elle n’a pas pu passer inaperçue à son époque.
– Troisièmement, la taille des statues est étonnement grande (1,75 à 1,96 m.) et ne correspond pas à ce que l’on sait de la taille des hommes à cette époque. Il n’y a aucun précédent qui permettrait d’expliquer pourquoi on aurait fait des statues plus grandes que nature.
– Quatrièmement, le style artistique de ces statues ne correspond guère au style de cette époque de l’histoire chinoise. Pour s’en convaincre, on peut observer l’armée d’outre-tombe d’époque Han, plus modeste (3000 guerriers) et aux soldats miniaturisés, exposée au musée de la ville de Xianyang.
– Cinquièmement, il est pour le moins étonnant que tant de moyens soient consacrés aux excavations sur ce site alors que rien n’est entrepris pour fouiller la tombe de Qin Shihuang, distante de quelques centaines de mètres, qui devrait receler des merveilles plus considérables encore. C’est à se demander si le régime ne craint pas qu’une telle fouille ne mette à jour des éléments révélant une éventuelle supercherie.
– Finalement, on notera que les autorités chinoises n’ont jamais autorisé la moindre expertise étrangère indépendante de ces statues. Tous ces faits pourraient laisser penser que cette armée d’outre-tombe spectaculaire a été fabriquée de toutes pièces au début des années 1970 à des fins de propagande et de promotion du tourisme. »
Je rajouterais :
– En novembre 2007, le Musée populaire de Hambourg a dû annuler en urgence, sous l’oeil très attentif d’un visiteur averti, son exposition des quatre soldats de terre cuites qui se sont avérés être de fabrication récente. La Chine admet depuis qu’uniquement des doubles sont expédiés à l’étranger et qu’aucun soldat original n’est jamais sorti du pays.
– Aucun soldat n’est entier, ils sont tous complétés en plus ou moins grande proportion de pièces fabriquées.
– Cela fait plus de 34 ans que le site est découvert et les fouilles sont extrêmement lentes contrairement à la multitudes des autres sites UNESCO du pays, largement développés. Sur les 7000 statues estimés, seules environ 1000 ont été mises à jour en 34 années de fouilles! On vient récemment d’autoriser une nouvelle série de fouille (chinoise bien évidement) de … 200m²!!! Il suffit de se rendre sur le site pour se rendre compte qu’à peine 10% a été creusé en 34 ans, le reste ne laisse voir qu’un terrain vague sans grand intérêt. La pancarte d’entrée laisse entendre que c’est une chance de voir des fouilles en action, mis à part quelques sceaux et des moyens dérisoires présents, quelqu’un peut il me dire si il y a effectivement des ouvriers qui travaillent??? Nous n’avons vu personne!
– L’entrée du site porte très largement l’inscription « UNESCO » alors que la validation s’est faite très rapidement et sans contrôle directe de l’organisation. Il suffit de se rendre sur le site internet de l’organisation pour voir que l’Unesco demande aux autorités Chinoises de l’informer des diverses fouilles entreprises sur le site! Rappelons que jamais une expertise étrangère ou même un étranger n’as été admis sur le site!
– Nous trouvons que le site est assez « pauvre » pour le nombre de visiteurs qu’il accueille (le cinéma date de 30 ans) et les vues sont très éloignées.
– L’argument de la réticence des fouilles à cause de la lumière et⁄ou air libre faisant disparaître les peintures ne tiennent pas selon nous. La voûte de protection est vieille et les vitres laisse entrer sans soucis les rayons directs du soleil sur les soldats. Par ailleurs prenons l’exemple de Dunhuang ou les pigments ont tendances à s’oxyder et changer de couleur plutôt que de disparaître!
– Jamais une analyse de datation par thermoluminescence n’as été entreprise alors que la datation au carbone 14 est jugée assez imprécise utilisée seule.
– Parlons maintenant du tombeau, tout d’abord la position des soldats est non seulement étrangement éloignés du site présumé mais surtout totalement excentré! Tout les sites suivent une logique de positionnement mais celui-ci non. Même les fosses entre elles ont des formes et positions très étranges.
– La seule chose à voir à l’heure actuelle n’est qu’un tumulus, le site est présumé et n’as jamais été fouillé, ce qui n’empêche pas que ce site soit inscrit à l’Unesco et rappelé en grande pompe au portique d’entrée. Vous connaissez un autre site Unesco qui n’as jamais été fouillé et donc jamais découvert, vous?
– Les écrits indiquent un tombeau qui serait la plus belle découverte de tous les temps, le royaume de l’empereur y serait reconstitué, les fleuves seraient emplis de mercure et animés par des machines pour l’éternité, ses femmes et tous les ouvriers y auraient été enfermés vivants, etc… Depuis 34 ans, on estime que le site est à cet emplacement, depuis 34ans aucune fouille n’as été entreprise officiellement! Récemment seule une analyse radar du sol et analyse du taux de mercure lassait penser que le site était bien ici. L’argument évoqué est la dangerosité des vapeurs de mercure, personne n’as pensé à y envoyer une camera robotisée miniature????
Allons! Ne soyons pas naïfs, le manque criant de transparence des autorités Chinoises et en vous rendant vous même sur place, vous constaterez qu’au mieux cette armée n’est qu’un bouillon de vrai et surtout de faux avec une large propagande d’époque que les autorités actuelles ne peuvent révéler sous peine de discréditation nationale et internationale. Quant au tombeau, il est au mieux déjà pillé depuis des siècles et n’offre pour le régime qu’une honte inacceptable.
Rendez-vous à la chute du communisme Chinois pour y apprendre rapidement toute la vérité sur ce sujet et voir enfin l’ouverture du tombeau!
« 1 de 3 »
Beaucoup diront que je critique souvent et suis à la limite du camouflet mais je ne demande qu’à avoir tord sur ce site Unesco et n’attends qu’une chose, l’ouverture du tombeau!
Nous revenons tout de même contents du site, moi beaucoup plus septique que Yulia qui trouve, à juste titre, ma version un peu trop incroyable!
La situation de notre hostel n’est pas mal du tout, nous sommes juste à la porte Sud de l’mposante muraille ceinturant la vieille ville. Rien à voir avec Pingyao, il s’agit d’une muraille de 10 mètres de haut sur autant de large et s’étandant sur 14Km! C’est l’une des plus vieilles de Chine et sans doute l’une des plus belles! Nous en faisons le tour en vélo, 1H40 et il faut bien ça!! Nous continuons avec la grande pagode des oies sauvages, grande et belle mais rien de vraiment impressionnant. Le temple en revanche dont la visite est payante et obligatoire pour atteindre la billetterie de la pagode, est vraiment très agréable pour échapper à la ville (tout de même très agréable à vivre, sans doute notre préférée de Chine!!) en ce début de printemps déjà bien avancé ici! Il est d’ailleurs impressionnant de voir que nous venons de quitter l’hiver intense pour atterrir au beau milieu du printemps, pour ne pas dire l’été! Le climat est plus doux, les habits plus légers, les filles bien plus jolies (je comprends pourquoi les empereurs allaient chercher leurs épouses quasiment que dans le sud!)??!!
A la sortie du temple et au détour d’un parc aussi joli, nous tombons sur un Chinois âgé jouant de l’instrument traditionnel, il est fantastique de voir avec quel naturel certaines passantes chantent avec cœur un bout de chanson puis continuent leurs chemins!
Dernier jour à Xian avant notre départ pour la lointaine Dunhuang, nous nous rendons à Hua Shan, l’une des 4 montagnes sacrées pour les Taoïstes. Comme souvent, on essaye de nous détourner du bus le moins cher pour nous diriger vers un bus touristique qui, au mieux, coûte le même prix mais qui s’arrête à plusieurs échoppes touristiques, rallongeant d’autant la durée du parcours qui prend près de 3heures déjà (130Km)!! La bonne chose avec ces rabatteurs, c’est que plus ils deviennent pressants et plus le bus recherché est proche, on vous le dit, impossible de se perdre en Chine!!!
Cette montagne donc est considérée comme la plus dangereuse (plus du tout le cas de nos jours, rassurez-vous!) en raison de ses passages à même la falaise, ce n’est pas pour rien que la légende promet l’éternité à celui qui atteint son sommet! Désormais une sacrée paire de gens doivent avoir l’éternité devant eux avec le téléphérique Autrichien! Certains passages sont en effet assez impressionnants entre les échelles de chaînes à même la falaise, les planches branlantes servant de passerelles et les trous dans la roche servant à y placer ses pieds avec seulement 700mètres de vide en dessous de soi, tout cela sans protection avant 2006! L’erreur était forcément fatale,pas cool pour les maisons plus bas!
Les tarifs de montée et d’entrée sont prohibitifs mais la vue en vaut la peine, ce n’est pas tout les jours que l’on voit des montagnes réellement verticales!!! L’ensemble se compose de 5 sommets dont le Nord est incontestablement le plus joli, j’en ai fait une boulimie de panoramiques! Nous rencontrons deux amis Chinois de Shanghai parlant parfaitement bien Anglais, ça change et c’est même surprenant! Nous ferons la suite du voyage ensemble et commencerons une correspondance. Il fait chaud et les montées taillées à même la roche sont éreintantes, nous y découvrons des milliers de cadenas et rubans rouges correspondants à des vœux d’autant de personnes.
Nous loupons ensemble le dernier bus de retour vers Xian mais rejoindrons la ville via une correspondance après un bon repas en compagnie de nos amis Chinois. 6 à 7 heures de transport dans la journée + un trek, ça fatigue! Le lendemain nous prenons notre train vers la lointaine Dunhuang, son désert et sa fameuse grotte bouddhique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *